Politique

Cameroun: Les mototaximen dans le collimateur du préfet d’Edea

Face à la montée fulgurante de l’insécurité dans la ville d’Edéa, le préfet su département de la Sanaga Maritime Cyril Yvan Abondo annonce pour bientôt le lancement d’une opération coup de poing pour juguler le mal, non sans pointer un doigt accusateur sur le secteur mototaxis.

Il ne se passe pas une semaine à Edéa sans que les malfrats infiltrés dans les rangs des motos taximen ne violent ou n’agressent à la machette des habitants de la ville d’Edéa à la tombée de la nuit ou au lever du jour. Leurs cibles favorites se recrutent parmi les couche-tard qui déambulent dans les ruelles obscures, les bayam-sellams et autres adeptes du footing qui sortent généralement de leur lit au premier chant du coq. « Ces jeunes gens, le plus souvent drogués, profitent souvent du fait de l’insuffisance de l’éclairage public dans la ville pour commettre leurs forfaits. Ils profitent aussi du mauvais état des routes pour sauter sur leurs proies», indique sous anonymat une source policière. « Ils m’agressent pas que les piétons et les passagers. Ils nous prennent en chasse nous aussi pour nous arracher les motos », renchérit un mototaximan.

Cette montée de l’insécurité donne des insomnies au numéro 1 du département de la Sanaga maritime. Le préfet Cyril Yvan Abondo a décidé de concentrer tous ses efforts pour assainir ce secteur qui, faut-il le rappeler, participe à la résorption du chômage des jeunes et au développement de sa circonscription de commandement. «Les tenants de ce secteur fonctionnent dans l’illégalité : les conducteurs n’ont ni permis de conduire ni titre de transport. Ce sont des jeunes enfants qui ne sont pas habilité à conduire. Plus encore, le secteur mototaxi s’avère être un maillon très dangereux pour la sécurité dans notre département parce qu’il n’y a pas de jour où on ne compte des agressions sur une moto. Ce constat étant donc fait, il apparaît très important que nous mettions de l’ordre dans ce secteur » précise le préfet avant d’ajouter que « l’ordre régnera dans le secteur moto taxi !».

Lire aussi
Incident entre le Maire de Mfou et le leader départemental du PCRN...Voici les faits

Répression

Cependant, cette déclaration ne se fera pas dans la précipitation et l’amalgame. Le préfet ayant décidé d’une stratégie adossée sur la concertation et la sensibilisation. « Nous allons dans les tout prochains jours réunir les administrations, les collectivités territoriales décentralisées de la ville, les responsables des forces de maintien de l’ordre ainsi que les administrateurs en charge du secteur des transports, sans oublier les présidents des associations et syndicats du secteur pour qu’ensemble, nous puissions trouver des solutions » déclare-t-il. La répression, soutient-il, ne s’abattra que sur les opérateurs hostiles à la discipline. Toute jeune personne voulant désormais exercer dans ce secteur devra souscrire à un train de mesures édictées par l’autorité préfectorale. « Il faudra avoir son permis et son titre de transport.

Lire aussi
Transhumance politique : le départ de Célestin Djamen du MRC réveille les vieux démons

Il faudra que la couleur jaune qui est opté pour le transport en commun dans notre pays soit peinte sur le capot de la moto et que le mototaximan soit identifié par un numéro floqué sur son chasuble et qu’il paye régulièrement ses taxes au niveau de la commune », indique Cyrille Yvan Abondo. Cette action de l’autorité administrative visant à extirper les brebis galeuses de ce secteur demande à être accompagnée par les autres acteurs de la vie sociale de la ville lumière au premier rang desquels, le maire de la ville. Le premier magistrat de la ville devrait mettre les bouchées doubles afin de réactiver l’éclairage public dans tous les quartiers criminogènes. Il devrait aussi accélérer le traitement des zones critiques de la voirie municipale, hauts lieux choisis pour les embuscades. Les autorités en charge des questions de la jeunesse devraient pour leur part mouiller leur maillot afin d’intensifier la lutte contre laconsommation de la drogue dont raffolent les malfrats. Toutes les actions conjuguées devraient à terme ramener la sérénité dans la ville lumière.

Clément MBELEL

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page