Cameroun: les jeunes sont-ils mieux orientés cette année?

A cette rentrée des classes…
La mise en œuvre des mesures adressées à l’Education commande l’urgence d’un virage à 180° pour professionnalisernosenseignements.
Septembre au Cameroun, comme dans de nombreux autres pays, est le mois de la rentrée des Classes. Toute la communauté éducative s’active à prendre le train de départ le plus marquant de la jeunesse, l’Ecole. Avec les mesures prises au Primaire, au Secondaire – APC,nouveaux curricula, nouveaux référentiel etc.-  et au Supérieur, tout porte à croire que les acteurs de l’Education sont tous prêts pour s’approprier les innovations apportées à l’Education. Rien ne sera plus comme avant…entend-on dire ici et là.Mais nos Jeunes seront-ils mieux orientés dans leurs cursus ?

Rien n’est moins sûr !
Certains observateurs impliqués, comme les parents,à l’occasion de la présentation des nouvelles méthodes d’enseignement et séries dans nos écoles, lycées et collèges, s’interrogent déjàsur le sort qui sera réservéà leur progéniture déjà mal en point avec les anciennes approches pédagogiques et offres de formation.
D’autres acteurs avisés s’inquiètent du sort réservé à l’Orientation scolaire universitaire et professionnelle pour déplorer le chômage et/ou les formations inadaptées. Ils évoquent les projections des Experts qui disent qu’à L’horizon 2025 le chômage va galoper : il faudra être « infirmière » ou‘Instit’ pour être certain de trouver un emploi!
Tous les signaux sont alarmistes partout  en Afrique comme en occident. Scruter notre Ecole, elle est en profonde mutation! Principale institution chargée de la tâche d’Education, rappelons-le encore, elle a la responsabilité de la formation de la Jeunesse pour laquelle elle organise des enseignements et des apprentissages spécifiques. Cependant, elle perd progressivement le monopole de la transmission des savoirs et, plus grave, elle n’apparaît plus comme le chemin privilégié de réussite sociale ! Il suffit de dealer avec les marchés Publics,avoir un piston, ou etre héritier pour réussir.
PauvreJeunesse ! Confrontée aux incertitudes de l’Ecole et aux vérités religieuses encore plus complexes, elle perd davantage le NORD !
Face à cette réalité qui bouscule l’Ecole dans sa gouvernance et sa pédagogie, nos enfants seront-ils bien conseillés dans nos  villes, villages, et/ou Zep- zone d’education proritaire- quand on note que l’orientation se porte encore mal? 

Les jeunes seront-ils mieux orientés?
Qu’est-ce qui coince dans la pratique de l’orientation dans notre système éducatif ?
Que manque-t-il aux jeunes pour mieux négocier les virages des cursus ?
Les carrefours métiers, ou autres salon de l’Etudiant aident-ils à changer les attitudes des acteurs de l’Education face à une pratique qui, bien que centrale dans un système de formation, reste encore, controversée ?
Ce sont là quelques questions récurrentes que de nombreux Jeunes et parents se posent à chaque rentrée de classes. Qu’ils appartiennent au Primaire, au Secondaire, au Supérieur et/ou au milieu professionnel, beaucoup vivent des incertitudes à l’Ecole. Et s’orienter devient déterminant et même angoissant.
Mais il nous a étédonné de constaterque, la pratique de l’orientation se fait encore avec des fortunes diverses dans nos pôles d’Education. Victime des stéréotypes dans nos familles, embryonnaire dans nos écoles Primaires, mal acceptée dans nos lycées et collèges, négligée dans nos Facultés, l’orientation souffre d’un déficit d’image qui entretien la confusion de rôledans l’opinion.Presque tout y passe : par-ci, ignorance des textes en vigueur régissant leurs activités au sein des établissements par certains Proviseurs ; par-là, négligence de l’application desdits textes par les Directeurs ; plus loin, implication aux lâches sans rapport avec leur cahier de charges par les Censeurs ; ailleurs, contestation en permanence de leur méthode de travail par certains Surveillants et Enseignants.
Dans nos Familles, Ecoles, Universités et autres lieux professionnels, la décision d’orientation est toujours au centre des conversations: tout le monde en parle et s’y essaye; mais parce que,peu d’acteurs prennent la mesure de la délicatesse de cette pratique, ils développent une attitude qui alimente la confusion de rôle et les déperditions. Observez parents, leur propension à faire perpétuer leur lignée fait ombrage à l’impact de l’orientation. C’est chacun qui veut guider le cursus de l’enfant…parlez-moi de reproduction! C’est chacun qui prétend avoir découvert en son fils la vocation de Matheux ou de Footeux !
C’est sans doute pourquoi faire un virage à 180° nous semble urgent.
L’urgence d’ un virage  à 180° pour rattraper les déperditions
Ce virage interpelle à la fois le système éducatif et les acteurs qui l’animent.
Autant le rappeler, l’orientation vise à la fois le Système Educatif  et l’individu. A cet égard, le Conseiller, à travers l’orientation-conseil, ambitionne d’éduquer à l’orientation et de faire des autres acteurs de l’Education, des consommateurs avisés de l’Ecole.
Choisir un domaine d’offre de formation pour les promoteurs ou la formation la plus conforme à ses aptitudes, ou à ses centres d’intérêts n’est pas si facile. Mais, on regrette que depuis le forum  2000 à DAKAR…avec des OMD, jusqu’aux ODD  en passant par les agendas post-2015 ou 2030, le Monde de l’Education, au pays, n’ait pas voulu faire figurer de manière prioritaire la question de l’Orientation. Ce manquement est sans doute de nature à desservir la mise en place des stratégies pour la création des masses critiques dans certains secteurs pour soutenir l’industrialisation des pays et/ou la densification du soutien Psychologique aux enfants pour éviter les décrochages et partant lutter contre la délinquance et les déperditions scolaires.
Avec un tel contexte, les Conseillers se trouvent en bute à toutes sortes de tracasseries qui perturbent l’impact de leur travail.
Si dans nos Grandes Ecoles, une sorte de numérus clausus s’impose en raison des capacités d’accueil combinées aux concours avec les Ecoles de Prépa…, c’est le laisser -faire qui désempare les Bacheliers en Fac: l’action des Conseillers se résume à la canalisation des flux d’étudiants vers les facultés quicorrespondent plus ou moins à leur série en rapport lâche avec les conditions d’admission. La réforme universitaire Mondiale – avec le LMD- qui a été assez bien accueillie dans les milieux Universitaires,a renforcé la liberté de choix des étudiants avec bien plus de passerelles et autres spécialisations pour plus de professionnalisation. Mais aucune stratégie éducative de nature à créer une masse critique dans un domaine n’est encore appliquée. C’est toujours le laisser-faire !
De manière générale, l’opinion publique considère l’Orientation comme une pratique superfétatoire. L’utilisation transversale des Agents de l’ETAT dans la Fonction Publique renforce cette opinion. Il suffit d’avoir un matricule… sortir de  l’ENAM …. pour diriger une Poissonnerie à capitaux publics alors qu’on a fait Lettres Modernes! On peut pourtant planifier nos besoins via l’orientation.

De nouvelles attitudes pour planifier nos besoins
Parce que les milieux professionnels ouverts à la compétitivité imposent de nouveaux profils, il devient impérieux d’adopter de nouvelles attitudes vis-à-vis de l’orientation pour espérer mieux planifier nos besoins. Parviendra-t-on à amorcer le changement nécessaire  pour mieux orienter nos jeunes ? Il faut l’espere.
Seulement les Animateurs de système Educatif et partant les décideurs, ne perçoivent pas toujours la pertinence des « décisions d’orientation » à prendre pour créer une masse critique dans un domaine et faire acquérir aux Jeunes des compétences en vue d’une meilleure adéquation formation/Emploi.
Malgré le virage indiqué- dans la SSEF adossée au DSCE – vers une professionnalisation plus accrue des enseignements, on observe :
-dans nos universités, une recrudescence des filières « pseudo- professionnalisantes »dans lesquelles les Prof… théoriciens du savoir s’arrachent le monopole de la transmission des pratiques pour barrer la voix aux professionnels des métiers !
– un effort de création des ENS qui ne sera jamais suffisant pour combler le déficit en Enseignant parce que mal adressé ; à quoi sert une Faculté de Sciences de l’Education par exemple, si on continue de former les Enseignants du secondaire dans les ENS et les Instituteurs dans les ENIEG? Cette Faculté comme ailleurs, servirait mieux à former une masse d’Enseignants du premier cycle du secondaire et des Instituteurs dans la perspective de la mise en place d’un enseignement fondamental de qualité.
Mais il est difficile de comprendre et plus difficile encore d’expliquer pourquoi nous ne quantifions pas nos besoins en Ingénieurs ou Enseignants pour apprécier les écarts à combler et planifier les besoins.

NO Gap NO Needs
Face aux nouveaux enjeux de l’Education déclinés dans la Stratégie –SSEF- et avec l’arrivée des ODD et les Agenda post-2015 ou 2030 auquel il faudra associer le LMD, nous avons des défis immenses à relever. Cependant, n’avons pas assez intégré que l’orientation est capitale dans un Système Educatif qui ambitionne de donner au Pays des jeunes formés pour porter l’émergence en 2035. Si nous voulons rendre notre Système Educatif résilient, nous avons  le devoir de cesser de BLAGUER avec l’Orientation scolaire, universitaire et professionnelle. Ce pilier de l’Education, – en dehors de l’Administration et de la Pédagogie-, à l’avantage de permettre  aux acteurs de piloter un Système Educatif en créant des masses critiques dans les filières avec la maitrise de la carte scolaire et forcément du système d’information.

Combien de Ministères en charge de l’Education ont une carte scolaire à jour? Aucun. Combien ont un système d’information fiable ?zéro
Si nous voulons voir notre jeunesse travailler dans les grands chantiers comme ingénieur… ne les orientons pas en  lettres ou en Philo!

Mais si, pour nous, vous rencontrez un conseiller :
Contactez- le sans
Orgueil ni idées
Négatives ; il vous rendra votre
Sérénité et vous guidera face à vos Incertitudes
Elèves, Etudiants,  Entrepreneurs ou Employés, face aux multiples
Incertitudes du monde de l’Emploiet devant la
Longueur des cursus et cerifications,  le conseiller vous donnera la
Lumière pour faire une
Ecole de qualité qui vous conduira vers la
Réussite.

Correspondance de Priso  Mail : [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *