Economie

Cameroun : Les consommateurs boudent le bâton de manioc à Bertoua

La maigreur du volume fait fuir les adeptes de cet aliment.

Le bâton de manioc aliment très prisé et très présent sur les tables des populations de la ville de Bertoua n’aiguise plus les appétits. Les populations dénoncent la diminution du volume de cet aliment : « Ces femmes mettent beaucoup plus des feuilles et moins de pâte et au final on achète quoi ; les feuilles ou le manioc ? » s’insurge Alice Mbeka, une vendeuse de poison à la braise. « Le paradoxe est que le prix lui ne change pas, si elles décident diminuer le volume du bâton de manioc, il faut aussi casser le prix, parce que là c’est du vol organisé » se révolte Zepang Rachel, un consommateur de cette denrée.

D’une manière générale, les populations boudent depuis plusieurs semaines le bâton de manioc. Le secteur de vente des bâtons de manioc au marché central de Bertoua est le moins fréquenté et ceci se répercute sur les recettes des vendeuses : « C’est difficile, nos principaux clients boudent, ils ne viennent plus et la marchandise se détériore car c’est une denrée périssable » , se plaint Thérèse Ngono. Sa collègue Adèle Tsama ajoute en ironisant : « Nos clients veulent anticiper notre retraite » . Un bâton de manioc est emballé sur quatre voire cinq feuilles superposées contre
juste deux par le passé, et les principales mises en cause justifient ainsi cette augmentation de feuilles : « On ajoute les feuilles juste pour plus de
protection de la pate de manioc lorsqu’on attache les bâtons, et cela fait que les feuilles ne se déchirent pas, bref la patte est bien protégée
» ,
explique Thérèse Ngono.

La jeune dame précise par la suite : « Nous avons gardé le même volume de pate dans les feuilles » . Pour pallier à cette entrave au volume du bâton
de manioc, plusieurs consommateurs on décidé de changer les habitudes alimentaires : « je propose aux clients des frites de plantains, patate ou
pomme de terre parce que les bâtons de maniocs les clients ne prennent plus parce que c’est petit »
confesse Julienne Keutcha une autre vendeuse
de poisson à la braise. « Certes les enfants aiment bien les bâtons de manioc, mais compte tenue de ce que ces femmes nous propose en ce moment, j’ai opté pour autre complément à la maison » , confie Michelle Kak, une ménagère. A la ligue régionale des consommateurs, des contacts ont été pris avec les vendeuses des bâtons de maniocs pour qu’elles révisent le volume de la denrée : « Il faut juste trouver un terrain d’entente, sensibiliser ces femmes pour ramener le volume du bâton de manioc comme par le passé » , nous confie Samba Mamb, le président de la ligue régionale des consommateurs de l’Est. « Une autre hypothèse c’est de ramener le prix du bâton de manioc à 25 FCFA, si jamais elle veulent garder le volume actuel » , propose Samba.

Commenter avec facebook

Source
Charles Mahop
Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer