Cameroun: Le Minader maintient les projets de promotion de la finance agricole

En attendant la mise en place de la banque agricole annoncée depuis le comice agropastorale d’Ebolowa en 2011, le ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader) a garanti la poursuite de l’accompagnement des programmes et projets visant a injecté le capital dans le différent bassin de production.
Trois programmes ayant des mandats de promotion de l’accès au financement dans les bassins de productions ont été maintenus au terme de l’audit du portefeuille des initiatives financées par le budget d’investissement public du ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader). Il s’agit du Projet d’appui au développement de la microfinance rurale (Padmir). C’est la phase II de ce projet lancé en janvier 2011 qui continuera à recevoir des financements dès janvier 2018. Suivant les informations obtenues sur le site internet du Padmir, l’on apprend que l’ambition était d’apporter des services financiers aux 62 000 petits producteurs individuels ou organisations de producteurs en milieu rural ayant un accès limité aux services financiers formels. C’est ainsi que 300 caisses et points de services des établissements de microfinances ont été implantés en milieu rural. Le projet devait couvrir les régions du Centre, de l’Extrême-nord, du Nord, Nord-ouest et de l’Ouest. Au terme de l’audit commandé en octobre 2016, le Minader a aussi maintenu le Projet d’appui aux établissements de microfinances MC2 et Mutuelles financières des femmes africaines dans la liste de ses projets. Il en est de même du Projet crédit rural décentralisé (PRCD). Il rentrera dans sa 5ième phase depuis son lancement en 1995. À l’origine il était question de mettre en place plusieurs réseaux de caisses villageoises d’épargne et de crédit autogérées en milieu rural et des caisses d’épargne et de crédit autogérées en zone urbaine. En termes de rendement, entre 1995 et 2013, le Projet crédit rural décentralisé a permis de toucher 452 000 personnes. À 2013, le projet comptait 86 443 adhérents dont 36% de femmes. Depuis 1996, le Projet crédit rural décentralisé indique un cumul d’épargne mobilisée estimée à 21 milliards FCFA alors que le cumul de refinancement accordé par la Banque internationale de l’épargne et du crédit (Bicec) est de 6,5 milliards FCFA entre 1995 et 2013. Pour obtenir un crédit auprès dans l’une des caisses villageoises d’épargne et de crédit autogérées, la personne physique devait montrer la preuve de sa résidence dans l’aire d’implantation de la caisse. Il devait aussi disposer d’au moins 25% du montant sollicité après avoir verser une caution solidaire et personnelle solvable. Les garanties matérielles étaient aussi éventuellement acceptables dans les caisses du Projet crédit rural décentralisé.

Pierre Nka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *