Cameroun: Le Fonds mondial octroie plus de 63 milliards de F pour lutter contre le sida et la tuberculose

La subvention a été remise au ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, hier à Yaoundé.
Le ministère de la Santé publique (MINSANTE) compte bien atteindre les objectifs ambitieux qu’il s’est fixés en matière de lutte contre le VIH/Sida, à savoir la mise sous traitement de 210 000 personnes sous ARV en 2016 et 260 000 personnes en 2017. Seulement 170 000 personnes étant actuellement sous ARV permettant ainsi de diminuer considérablement cette infection. 237online.com Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme vient de lui octroyer un financement de plus de 63 milliards de F sous forme de don non-remboursable sur la période de janvier 2016 à décembre 2017. Soit 53,12 milliards de F pour la composante VIH/Sida, auxquels devront s’ajouter 6, 11 milliards de F issus de la remise de la dette du Cameroun par l’Espagne et 3,96 milliards pour la composante tuberculose. Les détails ont été donnés lors de la cérémonie de lancement officiel desdites subventions hier à Yaoundé dans le cadre de la coopération entre l’Etat du Cameroun et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. 237online.com Y prenaient part, le directeur Europe, Afrique et Moyen-Orient du Fonds mondial, le président de l’Instance de coordination nationale du Fonds mondial, les ambassadeurs des Etats-Unis d’Amérique, de France et d’Allemagne, ainsi que le directeur régional adjoint de l’ONUSIDA pour l’Afrique du Centre et de l’Ouest. Cette subvention, pour ce qui est du VIH/Sida, selon André Mama Fouda, permettra de financer entre autres la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, la prévention des nouvelles infections par le VIH parmi les autres groupes vulnérables, la prise en charge des personnes vivant avec le VIH à travers les ARV et la prise en charge de la co-infection tuberculose/VIH. Le MINSANTE envisage également de traiter plus de 25 000 cas de tuberculose par an, afin d’atteindre un taux de guérison de plus de 80%. Pour y arriver, il sera question de la prise en charge de la tuberculose multi-résistante et du renforcement du système d’approvisionnement des intrants et le suivi évaluation. 237online.com Pour Cynthia Mwase, directeur Europe, Afrique et Moyen-Orient du Fonds mondial, « le seul moyen de mettre un terme aux épidémies de VIH, de la tuberculose et de paludisme est de travailler ensemble. Les autorités publiques, la société civile, les communautés touchées par la maladie, les partenaires techniques, le secteur privé, les organisations confessionnelles et les autres bailleurs de fonds ». Tous les acteurs investis dans la riposte aux maladies sont donc appelés à participer aux processus décisionnels.

Assiatou NGAPOUT M.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *