Cameroun : Le cri du cœur d’Alain Fogué pour les détenus privés de vote

Alain FOGUÉ

Depuis sa cellule à la prison centrale de Kondengui, le Professeur Alain Fogué, surnommé « Le Che Guevara Camerounais », lance un appel vibrant à ELECAM. Son combat : permettre aux détenus, majoritairement en attente de jugement, de s’inscrire sur les listes électorales. Un geste fort et inédit dans le paysage politique camerounais.

Un plaidoyer pour les droits civiques des détenus

Alain Fogué n’a pas perdu sa flamme militante derrière les barreaux. Celui que beaucoup surnomment « Le Che Guevara Camerounais » continue de se battre pour les droits des opprimés, comme le rapporte notre correspondant à la prison de Kondengui pour 237online.com. Sa dernière croisade : permettre aux détenus de s’inscrire sur les listes électorales et ainsi exercer leur droit de vote.

80% des détenus en attente de jugement

Pour Alain Fogué, cette revendication est une question de justice. « 80% des détenus sont des prévenus », martèle-t-il. Autrement dit, des personnes en attente de jugement qui bénéficient toujours de la présomption d’innocence. À ce titre, ils devraient pouvoir participer aux choix démocratiques du pays, estime le professeur.

ELECAM interpellé

C’est donc vers ELECAM qu’Alain Fogué se tourne pour faire avancer cette cause. Il exhorte l’organe en charge des élections à se mobiliser dans les prisons camerounaises pour y organiser des inscriptions sur les listes électorales. Une démarche inédite qui bousculerait certainement les habitudes, mais qui serait un grand pas vers une démocratie plus inclusive.

Un geste politique fort

Au-delà de l’aspect pratique, la demande d’Alain Fogué revêt une forte dimension symbolique. C’est un geste politique fort, qui rappelle que les détenus, malgré leur incarcération, restent des citoyens à part entière avec des droits fondamentaux. Une manière aussi de lutter contre la stigmatisation et l’exclusion sociale qui frappent souvent les personnes détenues.

Un appel à la mobilisation générale

Mais Alain Fogué ne se contente pas de parler, il agit. Son mot d’ordre est clair : « Inscrivez-vous massivement sur les listes électorales ». Un appel qu’il adresse à tous les Camerounais en âge de voter, qu’ils soient derrière les barreaux ou en liberté. Car pour lui, c’est par la participation de tous que la démocratie avancera.

Le cri du cœur d’Alain Fogué résonne comme un rappel puissant des valeurs démocratiques. Il nous invite à repenser notre rapport à la citoyenneté et à l’inclusion. Car une démocratie qui laisse une partie de sa population sur le bord de la route est une démocratie inachevée.

Alors, chers lecteurs de www.237online.com, faisons écho à cet appel. Mobilisons-nous, inscrivons-nous massivement sur les listes électorales. Et surtout, n’oublions pas ceux qui, privés de liberté, restent des citoyens à part entière. C’est ensemble, unis dans notre diversité, que nous construirons le Cameroun de demain. Un Cameroun plus juste, plus inclusif, plus démocratique.

Par Jean-Paul Kouam pour 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *