Cameroun : Le coach Seedorf ne s'en sortira pas avec les lions indomptables - 237online.com
Sport

Cameroun : Le coach Seedorf ne s’en sortira pas avec les lions indomptables

A peine 3 mois au Cameroun que le technicien néerlandais s’empiffre déjà de saveurs locales. Qui donc oserait bouder notre recette miracle ?

Des clubs bizarres, des destinations exotiques, la sélection nationale camerounaise semble avoir ardemment renoué avec le phénomène tant décrié des comptoirs. Les comptoirs ? Jolie euphémisme pour désigner le système de corruption qui consiste au marchandage des places au sein des Lions Indomptables.
On comptait sur l’arrivée du duo légendaire Seedorf-Kluivert pour réduire cette pratique malsaine à sa plus simple expression. C’était ignorer les circonstances dans lesquelles ces techniciens qui n’ont même pas postulé pour le poste sont arrivés au Cameroun. « Dieudonné Happi préférait Sven-Göran Eriksson. Mais dans ce processus de nomination assez étonnant, Samuel Eto’o a joué un grand rôle. Autrement plus important que celui de simple consultant. C’est un ami de Seedorf et il a fait du lobbying en sa faveur. Et Seedorf, qui ne connaît pas le Cameroun, sera plus facilement contrôlable, notamment par la Fécafoot et son président. Je suis persuadé que Seedorf n’a pas fait tout seul la liste pour le match face aux Comores le 8 septembre», prévenait André Kana-Biyik dans une interview accordée au site internet du mensuel Jeune Afrique le 05 octobre 2018.

Si le défenseur de Kayserispor a depuis mis sa fronde en sourdine pour rejoindre la tanière, sa prédiction s’avère d’une pertinence époustouflante. « Les agents de joueurs ont repris la main en sélection, c’est eux qui convoquent des joueurs, le plus puissant actuellement c’est Willy de Happi, il utilise la sélection comme une vitrine pour placer ses clients », insiste un journaliste sportif basé à Yaoundé.

Quand Willy écarte Maxime

Willy de Happi, ce Golden Boy trentenaire est le fils de Me Happi, le président du Comité de normalisation. Basé aux Etats-Unis, il dirige l’agence Utopia qui défend les intérêts d’une demi-douzaine de joueurs actuellement appelés en sélection nationale. Il est surtout l’agent de Samuel Eto’o, la légende du football camerounais qui a personnellement désigné son père comme président du Comité de normalisation. « Eto’o, Happi père et fils, voilà le trio qui décide de tout. Maxime Nana est au garage », pousse notre source. Maxime Nana, c’est l’agent de joueurs qui a longtemps fait la pluie et le beau temps chez les Lions. Nkoulou, Aboubakar, Mandjeck et bien d’autres sont passés par lui. Il a aussi réussi à faire sélectionner des joueurs au talent douteux comme Jérôme Guihoata qui ont aujourd’hui disparu du fait de sa perte d’influence.

Comme il l’avait promis, Samuel Eto’o a repris la main sur la sélection et sa galaxie impose ses choix. Qui peut comprendre pourquoi Fabrice Olinga qui n’a inscrit qu’un but en 16 sélections avec les Lions (du temps de sa splendeur aussi précoce qu’éphémère avec Malaga) continue d’être appelé ? Rien à comprendre, l’ancien pensionnaire de la Fundespor est simplement un filleul du grand Samuel. On n’aime bien l’esprit baroudeur de Jacques Zoua qui ne lâche jamais rien sur un terrain, mais 1 but en 7 ans de présence et 22 sélections, c’est quand même chiche non ? Si mais Utopia sait arranger ce genre de choses. Et Petrus Boumal alors, on l’a vu ferrailler dur à Sochaux avant de s’exiler, faute de talent, au FC Ural Yekaterinburg (si vous arrivez à prononcer), en Russie. Y a-t-il retrouvé un second souffle, une nouvelle inspiration ? Sans doute et son nouveau look (des dreadlocks interminables) en témoigne. Wilfried Kaptoum a plafonné au Barca avant de se relancer au Betis où il n’a joué qu’une once de match depuis le début de la saison en cours. Suffisant pour être convoqué en sélection ?

Mais si, Seedorf sait transformer les utopies en réalité. Interrogé sur ses choix à la publication de sa toute première liste face au Comores, l’ancien joueur de l’Ajax a prôné son idée d’une sélection où règne l’excellence. « Les qualités du joueur et le niveau du championnat, sont les premiers critères de sélection, a-t-il dit. Nous avons donc pris en compte cela, parce que lorsque vous jouez en Italie, Angleterre, en Allemagne, en Ecosse, en Espagne etc. vous êtes compétitifs ; et le Cameroun a besoin de joueurs compétitifs. Les meilleurs joueurs évoluent de ce côté-là, ils jouent la ligue des champions. C’est aussi le message que nous voulons passer : savoir choisir sa destination. Avoir l’ambition de jouer pour le Réal Madrid, l’AC Milan, Juventus, Manchester etc. Vous ne pouvez pas avoir 20 ans et aller jouer en Chine ». D’accord pour le crédo, ok pour la méthode. Voyons donc sur quoi débouche ces bonnes intentions.

Sur de belles trouvailles comme ce Jeando Pourrat Fuchs. Evitons le délit de patronyme pour regarder les performances de ce jeune joueur qui écume la D2 française avec Sochaux. S’il était si bon, croyez-vous que c’est le vert-rouge-jaune qui ferait rêver cet ancien international U20 français ? Connaissez-vous Joyskim Aurélien Dawa Tchakonte ? Non ? Alors vous devez potasser pour vous remettre à niveau de l’actualité du foot. L’homme excelle au FC Mariupol en… Ukraine. Qui dit mieux? Rien de surprenant alors qu’un Georges Mandjeck, en totale perdition en Israël, soit un temps désigné comme le capitaine de ces Lions Indomptables de l’exotisme. Vivement critiqué suite à ses choix initiaux qui mettaient hors-course des joueurs comme Bassogog et Moukandjo, Seedorf s’est repris en déclarant que les portes de la sélection restaient ouvertes à tous. L’ouverture s’est manifestement transformée en grand écart. Jusqu’au pôle Nord.

Song n’y voit que du feu…

« Il ne parle pas français, il n’a jamais entraîné en Afrique, il ne sait sans doute pas grand-chose du football camerounais et africain, et il va devoir s’habituer au contexte très particulier du pays… », annonçait Kana-Biyik à la signature de l’ancien entraineur du Depor. Quand on a été l’un des footballeurs les plus créatifs de l’histoire, il y a des choses qu’on assimile à la vitesse d’un passement de jambes. Le fils de l’autre avait tort de s’inquiéter. A moins de 03 mois de présence au Cameroun, Clarence Seedorf a convoqué une soixantaine de joueurs avec dans le lot une bonne quinzaine de second couteaux qui triment dans les championnats obscurs en Europe. Dans le même temps, Rigobert Song qui dirige les U23 a su convaincre Franck Evina, la pépite du Bayern de Munich, Iganatius Ganago qui se révèle à Nice ainsi que les très prometteurs Ayuk Mbu (Osmanlispor, Turquie) et Yan Eteki (Almeria, D2 Espagne) qui ont montré de belles dispositions dans la victoire des Lions Espoirs vendredi dernier face au Tchad. Comme si les rôles étaient inversés. Comme si les A préparaient aux A’. A se demander si le néerlandais n’a pas vidé la marmite de Ndolè avant même que le repas ne soit servi. Tant il semble se lécher les babines.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer