Cameroun: Le chef d’antenne Elecam accusé d’avoir volé un WC





Il a été entendu par la gendarmerie.
Après la fin des travaux du bitumage du lot N°2 du tronçon Nandéké – Mbéré sur l’axe Garoua –Boulaï– Ngaoundéré, par les entreprises Razel et Dtp Terrassement à Méïganga, leurs bâtiments ont été restitués à l’administration.[pagebreak] La sécurisation du site était alors assurée par la mairie de Méïganga. Conformément à l’arrêté régional N°015/Ar/Sdg/Sg/Daaj/Ce1/ du 04 juillet 2014, le gouverneur de l’Adamaoua Abakar Ahamat a réparti ces bâtiments à certaines structures comme Elecam, l’Ecole de Géologie et d’Exploitation Minière, les services du contrôle financier et du cadastre entre autres.
Le 20 juillet 2014, le maire de la commune de Meiganga, à travers une correspondance, s’adresse aux bénéficiaires au sujet de la sécurité des locaux. «Le maire de la commune de Meiganga a l’honneur d’informer les heureux bénéficiaires que les mesures de sécurité assurées provisoirement par la commune seront levées le vendredi 25 juillet 2014 à 15h30 très précise. Par conséquent elle se désengage de toute responsabilité dans ce site après les dates et heures ci-dessus indiquées», écrit Aboubakar Kombo, maire de Meiganga.

Mais selon nos informations, le nommé Ousmanou, chef d’antenne Elecam du Mbéré, s’est rendu sur le site afin de faire le ménage dans les locaux à lui octroyés par l’arrêté du gouverneur. A sa sortie, il aurait emporté avec lui un WC appartenant à un autre service. «Le gardien l’a stoppé au niveau du portail mais, il a forcé le passage avec son véhicule. Quelques minutes après, il est revenu demander au gardien ce qu’il voulait, en lui disant que tout à l’heure il avait mal au ventre, c’est pour cela qu’il est d’abord parti à la maison», indique notre source.

Elle poursuit en affirmant que, «le gardien lui a dit que c’est ce qui était derrière son véhicule qui l’intéressait. Il a répondu au gardien qu’il pensait que le gardien était son fils et que, il a tout compris. Après le gardien est allé signaler à la gendarmerie», affirme notre source à Méïganga. Joint au téléphone, Ousmanou, le chef d’antenne Elecam du Mbéré, par ailleurs ancien député Rdpc de Meiganga, nie tout en bloc : «Je ne sais pas de quoi vous parlez. Je ne reconnais rien de tout ce que vous racontez», laisse-t-il entendre.

Au niveau de la compagnie de gendarmerie de Meiganga où le dossier se trouve actuellement, nos sources sont formelles «Il n’est qu’un suspect car, les faits ne sont pas établis». Joint au téléphone par nos soins, le gardien qui était en service ce jour-là est allé de sa version des faits. : «Tout ce que je peux vous dire c’est que, je ne peux pas inventer une histoire pour faire du mal à quelqu’un. Si vous voulez avoir plus d’informations, appelez le Directeur de l’Ecole de géologie d’exploitation minière car, c’est lui qui m’emploie et c’est à lui que j’ai remis mon rapport » a martelé Marcelin, le gardien en faction le jour du forfait attribué au chef de l’antenne Elecam de Meiganga.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *