Cameroun: Le Cauchemar du prix Marc-Vivien FOE

Marc – Vivien Foé passait de vie à trépas sur le champ de bataille le 26 juin 2003 à Lyon en France lors de la Coupe des Confédérations édition 2003 au cours de la ½ finale Cameroun≠ Colombie. Cette disparition brutale et tragique avait suscité une grosse chaîne de solidarité agissante dans le monde entier. Du coup, ça et là, quelques résolutions spécifiques avaient été prises par certaines associations et fédérations sportives aussi bien sur le plan national qu’international pour honorer la mémoire du talentueux footballeur camerounais. C’est dans ce contexte que la rédaction multimédia sport RFI (Radio France Internationale) avait crée en 2009, le prix RFI Marc -Vivien Foé. Le prix récompense le meilleur joueur de football africain évoluant dans le championnat de France de football selon un jury de journalistes spécialisés. Depuis l’édition 2011 France 24 s’est associée à l’organisation de l’événement. C’est ainsi que cette distinction change de dénomination et devient le prix Marc-Vivien Foé.
Le trophée 2015 vient d’être décerné au ghanéen André Ayew, sociétaire de l’Olympique de Marseille. Il faut relever par ailleurs que le feu follet ghanéen avait déjà occupé la 3ème marche du podium en 2011. En 7 éditions successives, 5 pays se sont relayés sur la 1ère marche du podium à savoir 2 fois pour la Côte-d’Ivoire et le Maroc et une fois pour le Gabon, le Nigéria et le Ghana.
Triste constat, jusqu’à ce jour aucun camerounais n’a eu le mérite et le privilège de décrocher le prix Marc-Vivien Foé. Et Dieu seul sait combien ils sont nombreux les footballeurs camerounais qui évoluent dans les différents championnats de l’hexagone. Sont-ils si faibles ou manquent-ils de talent prodigieux et d’inspiration nécessaire pour atteindre les sommets de l’émergence? A dire vrai, les footballeurs camerounais en France sont en quête d’un second souffle pour entrer dans le gotha des meilleurs footballeurs africains. Le fait qu’aucun camerounais n’ait pu réussir la prouesse de ravir le prix Marc-Vivien Foé est révélateur du niveau moyen des joueurs camerounais. Bon à savoir, 2 seulement peuvent se contenter d’avoir déjà été dans le trio de tête dudit prix. Il s’agit notamment de Nicolas Nkoulou , 2ème au classement général en 2012 et 2013, alors que les vainqueurs respectifs étaient le marocain Younés Belhanda et le gabonais Pierre – Emerick Aubameyang. Le 2ème camerounais à monter sur le podium est Henri Bedimo classé 3e en 2014, alors que le nigérian Vincent Eyeama occupait le premier rang.
L’édition 2015 brillamment remportée par le ghanéen Ayew avec un total de 221 points a été un véritable cauchemar pour les footballeurs camerounais qui, au fil des ans, s’éloignent de la cour des grands. Le meilleur classement camerounais de l’édition 2015 est détenu par Njie Clinton avec à son actif 10 maigres points soit une différence de 211 points par rapport au lauréat. C’est tout dire. Un autre camerounais Benjamin Moukandjo a été classé 10ème, donc nettement en deçà de 10 points. Mais quelle prestation chaotique !
A coup sûr, Marc-Vivien Foé se retournerait dans sa tombe en se demandant où sont passés les camerounais ? C’est une grosse honte. Les footballeurs camerounais ne sont plus représentatifs en France. Mais paradoxalement, quand ces footballeurs de la diaspora rentrent au bercail, ils roulent les mécaniques. Les joueurs locaux leurs vouent un respect indéfectible. Normal. Au pays des aveugles, les borgnes sont rois… En somme, le prix Marc-Vivien Foé s’avère comme un vrai cauchemar pour les footballeurs camerounais évoluant en France. Inédit !

Emmanuel Jonas KANA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *