Politique

Cameroun: La sortie du président auto-proclamé de l’Ambazonie fait débat

Toujours pas de réaction officielle près d’une semaine après l’acceptation, assortie de conditions, de l’offre de dialogue du gouvernement par le leader séparatiste Sisiku Ayuk Tabe.

Mais, dans la capitale camerounaise à Yaoundé, la sortie du président auto-proclamé de l’Ambazonie continue de faire débat. Et l’accueil est plutôt mitigé.

Dans différents milieux de pouvoir à Yaoundé, la déclaration de Sisiku Ayuk Tabe a été accueillie avec un enthousiasme relatif. L’acceptation du principe du dialogue par le leader ambazonien est perçue comme une avancée, mais les conditions dont elle est assortie poussent à la circonspection.

Un député du RDPC, parti au pouvoir, sous anonymat, l’a même qualifié de prétentieux. Certaines des conditions posées en préalable à l’ouverture des discussions étant pour lui totalement fantaisistes, voire irrecevables. À l’instar du retrait de l’armée et de l’administration des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Claude Abate, un analyste politique lui aussi proche du pouvoir, doute quant à lui des capacités de Sisiku Ayuk Tabe à fédérer toutes les factions sécessionnistes et donc à faire respecter en définitive un éventuel accord issu du dialogue projeté.

Au sein de l’état-major des armées, la condition de la libération de toutes les personnes détenues dans le cadre de la crise anglophone fait aussi grincer des dents. Certains hauts gradés n’y seraient pas favorables au regard des exactions imputées aux combattants séparatistes.

Cependant, un haut fonctionnaire dans les services du Premier ministre admet volontiers que des contacts existent et se sont multipliés ces derniers mois entre le pouvoir et divers leaders séparatistes. Il y voit une volonté commune de décrispation et d’arriver rapidement à la table des discussions.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer