Cameroun: La section RDPC du Wouri I fait sa rentrée politique

Ces derniers circulent avec beaucoup de peine depuis plusieurs semaines à cause des nombreux chantiers en cours dans la capitale économique du Cameroun depuis quelques semaines.S’il y a un vœu que formulent les habitants de la ville de Douala depuis le début de la nouvelle année 2014, c’est bel et bien celui de voir les chantiers engagés dans les différents quartiers, coins et recoins de la capitale économique du Cameroun s’achever le plus rapidement possible. Car, ils souffrent le chaud et le froid. Depuis le lancement de ces travaux, ces populations sont prisonnières de ces différents chantiers qui, rétrécissent entièrement les voies de communication s’ils ne les barrent pas entièrement. Ainsi, circuler devient une véritable gageure. Il faut s’armer de courage, d’abnégation et surtout d’une bonne dose de patience pour se déplacer dans la ville. Les interminables embouteillages font désormais partie du plat quotidien des habitants. Pour partir du nord de la ville (Logpom, Bonamoussadi, Akwa Nord) pour le centre ville (Akwa, Bonanjo), les populations mettent plus d’une heure et trente minutes dans le taxi ou dans leur véhicule. Les travaux de construction de la route qui relie Akwa-Nord à Bonamoussadi engagés par la communauté urbaine de Douala depuis plusieurs jours déjà, à l’origine de cette situation. Ce chantier empêche aux habitants de circuler normalement. Les engins de la société Mag qui exécute les travaux de même que les tas de graviers et de terre versés sur la route limite la circulation. Du coup, pour rejoindre le centre ville, les habitants de Douala Nord sont obligés de contourner par Bépanda Tonnerre, par le petit marché Missoke ou encore par le quartier Ndogbong. Ce qui ne les arrange pas toujours. «Depuis le début des travaux à Akwa Nord, nous souffrons énormément. Je n’arrive plus au boulot à temps. Malgré les efforts que je fais, je suis toujours coincé dans les embouteillages. La route ne passe presque plus, il faut contourner, il faut respecter le plan de déviation. Tout ça ce n’est pas facile. J’espère tout simplement que les travaux seront rapidement exécutés…», déclare tout malheureux Epee Ndoumbe un habitant d’Akwa Nord. Pour échapper à cette situation, certains ont tout simplement changé leur habitude de vie. «Je me lève à 4h30min, je fais le petit déjeuné des enfants et je m’apprête pour le boulot», affirme Georgette Edene. «Si je ne m’organise pas ainsi, je ne vais jamais arriver au boulot à temps», poursuit-elle.
Si à Douala Nord, les travaux de la construction de la route d’Akwa Nord créent des problèmes de circulation, au feu rouge Bessengue, et dans d’autres quartiers de la ville de Douala, ce sont les travaux de Camwater qui paralysent la circulation. En effet, depuis plusieurs jours déjà, la Camwater, société chargée de la fourniture en eau potable au Cameroun a entrepris des travaux aux feux stop de Bessengue, l’un des grands carrefours de la ville. Spécialement dans ce carrefour emprunté au quotidien par un nombre important de véhicules venant presque de tous les quartiers de la ville de Douala, cette entreprise est en train d’installer des conduits d’eau de grande capacité. Ce qui paralyse la circulation. Les installations qu’il y a à cet endroit vont permettre de conduire l’eau dans des coins reculés de la ville. Pour limiter l’embouteillage à ce carrefour, l’entreprise chinoise qui réalise des travaux, travaille également en nocturne pour ne pas paralyser tout le carrefour en journée.
Conscient de la situation qui prévaut à Douala, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, Fritz Ntonè Ntonè dans un communiqué de presse signé le 15 janvier 2014, s’excuse pour le désagrément causé par les travaux en cours dans ville de Douala. Il dit compter sur l’indulgence et la compréhension des populations toute entière. Car, les travaux visent à améliorer les conditions de vie des populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *