Cameroun: La r�©gionalisation au sens camerounais est un crime

Le petit dictionnaire Larousse définit Régionalisation comme le transfert aux régions des compétences qui appartenaient au pouvoir central autrement dit, décentralisation connu au Cameroun actuel.
Mais certains camerounais ont chipé ce mot pour lui donner le sens qui les arrange à savoir, équilibre régional dans la filtration des entrées dans les écoles supérieures de formation des hauts cadres de l??Etat. Ce qui est un crime, car la finalité est de favoriser les incapables et par ricochet des cadres fainéants et même idiots.
D??après l??historique, cette gangrène malencontreuse a été introduite à l??ENAM par AHIDJO, le regretté père de la Nation dans l??intention de favoriser les gens du Nord dont la plupart

était sous scolarisé. Mais il a poussé le bouchon de la bêtise trop loin en mélangeant les certifiés nordistes aux bacheliers et licenciés du Sud.  Parallèlement, il a crée un BACC du Nord de niveau plus bas par rapport au BAC du Sud plus difficile et coriace (le BACC de NDAM NJOYA connu des anciens).
On se souvient de l??un de ses Ministres nordistes éclairé et très intellectuel : VROUMSSIA SCHINAYE, qui en a eu pour son compte en avalant mal cette injustice amère, et ne pouvant supporter le discours odieux de son frère SADOU DAOUDOU lors de la sortie solennelle d??une promotion de l??ENAM, il a arraché séance tenante ce micro qui débitait des louanges à ce système insupportable, mais avalé de force dans un régime dictatorial. M. VROUMSSIA décèdera 24H plus tard d??une mort mystérieuse dont tous les soupçons pèseront sur la sanction de l??acte posé la veille. Si tel était le cas, VROUMSSIA serait un martyr qui mérite vénération et célébrité.
Après AHIDJO, le système honteux de la régionalisation a échappé miraculeusement à la politique d??intention saine de rigueur et de moralisation prônée par son excellence Paul Biya, notre actuel père de la Nation. Un groupe de mal-élevés l??ont copieusement exploité pour placer les leurs au soleil, non seulement à l??ENAM, mais au CUSS, à l??IRIC, à l??EMIA. Au CUSS par exemple, encore appelé FMSB (Faculté de Médecine et Science Biomédicale), la régionalisation commence honteusement dès le dépôt des dossiers du concours : une chambre par région. Bien évidemment, la région maudite est vite saturée de dossiers par rapport aux favorisées, car sures de leur recrutement, ceux là n??ont aucun effort à faire. Certains sont même admis sans composer. La région maudite va concourir pour 5 places sur 150 prévues, peu importe, on en profitera tout de même pour se rassasier de leur argent ; frais des dossiers (2000 candidats pour 5 places), ensuite on jettera leurs copies à la poubelle?? sommes nous dans un même pays ? Voilà qu??en définitive la contagion malsaine a pris l??homme de Dieu le plus respecté du pays, l??Archevêque de la capitale, qui malicieusement poussé par le diable, a voulu tué notre seule et l??unique Ecole encore saine du pays, Ecole qui fait honneur non seulement à l??Afrique Centrale, mais dont le rayonnement brille déjà dans le monde entier à l??image de l??université de Louvain en Belgique.
La régionalisation est un crime : en admettant que tout homme qui naît renferme dans ses mains un destin à réaliser pendant sa courte vie terrestre. L??exemple de Jean le Baptiste venu pour préparer la route à la naissance du Seigneur. Le Seigneur Jésus lui-même venu pour notre rédemption, des savants et des sages connus qui ont révolutionné ce monde : Louis Pasteur, Fleming, Albert EINSTEIN, Nelson MANDELA, etc??
Imaginons un petit génie né chez les pygmées de Bapimbi à 50Km d??une école. Ne pouvant s??y rendre et manquant de motivation, il n??aura aucun moyen de faire éclater ses talents.
Imaginons un autre bambin né à Kimagali non loin de la mission catholique et renfermant les germes d??ingénieur de pont et chaussé. Il a pour vocation et don spécial reçu de Dieu, de construire les autoroutes de Kousseri à Ambam et de Bakassi à Yokadouma, les chemins de fer de Yaoundé à Ebolowa, Sangmelima, Bertoua, etc?? ou encore la construction d??un 2e, 3e, 4e pont sur le Wouri. Cet enfant broussard évolue miraculeusement dans ses études jusqu??au Baccalauréat C obtenu avec mention très bien. Il se présente au concours de l??Ecole Supérieure des Travaux Publics qu??il échoue avec fracas parce que, trahi par ses origines. Et au nom de la régionalisation on recrute à sa place un repêché venu d??une région favorable parce qu??il faut faire l??équilibre. Notre Chouchou évolue clopin-clopant pour avoir été recruté sans mérite, jusqu??à l??obtention tant bien que mal de son diplôme d??ingénieur. Toujours au nom de la régionalisation, il est nommé Ministre des Travaux Publics avec un lourd crédit à gérer. Faute de passer aux actes concrets, Monsieur le Ministre conjugue tous ses verbes au futur à travers les médias (pour avoir détourné les fonds à des fins personnels) ; c??est ainsi qu??il claironne tous les jours sur les écrans, sous un accoutrement grandiloquent, bardé des couleurs du parti au pouvoir question de prouver que sa nomination n??a souffert d??aucune erreur et qu??il est l??homme qu??il faut à la place qu??il faut. Alors il débite sans cesse des slogans creux du genre : « le 2e pont sur le Wouri, bientôt le démarrage des travaux?? autoroute Douala-Yaoundé, les fonds sont débloqués, alors les entreprises chinoises sont prêtes à lancer?? », des refrains à n??en pas finir, agrémentés des chiffres astronomiques d??argent disponible en million de milliard alors qu??on veut les réalisations concrètes car « la bouche qui bavarde à l??excès ne fait rien en définitive » selon l??adage. 
Quant à l??enfant broussard, défavorisé par la pauvreté de ses parents incapables de l??envoyer fréquenter à l??Etranger ou même bénéficier d??une bourse (mot rendu fantôme au Cameroun par les régionalisés, qui pourtant en ont bénéficié autrefois pour se hisse au perchoir d??aujourd??hui) en récompense à sa mention au BACC, il se converti en sauveteur à Mokolo.
A qui la perte ? Tirez en vous-mêmes les conclusions.
La régionalisation camerounaise est un crime. Dommage que notre Archevêque métropolitain y adhère ! 
 
SOMBOCK, Chrétien catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *