Politique

Cameroun: La fin d’un bras de fer électoral à Maroua 1er?

La session de plein droit du conseil municipal de Maroua 1er du 30 octobre dernier a permis d’élire le maire sortant Hamadou Hamidou et ses adjoints en l’absence des conseillers du clan de son rival Youssouf Issa Balarabé qui ont quitté la salle.

C’est peut-être la fin du calvaire de l’élection de l’exécutif communal de la commune de Maroua Ier qui, après plusieurs tentatives et tumultes a rendu son verdict le 30 octobre dernier. Hamadou Hamidou, maire sortant et ses adjoints ont été réélus. Ce après que le tribunal administratif de Maroua avait rendu sa décision en faveur du requérant Youssouf Issa Balarabé le 18 mars 2020, demandant la reprise de l’élection de l’exécutif communal. Cette énième session du Conseil de cette commune convoquée par le préfet du département du Diamaré Jean Marc Ekoa Mbarga pour la journée du 27 octobre s’est soldée par une suspension. Elle a repris le 30 octobre sous fond de crise entre les deux parties dans une atmosphère tendue durant toute la journée sous la vigilance d’un dispositif de sécurité des forces de maintien de l’ordre déployé sur les lieux. « Au terme d’une élection interne au sein du groupe Communal Rdpc, Youssouf Issa Balarabe a obtenu 15 voix, Hamadou Hamidou 9 et 1 vote nul. Naturellement, le premier a été élu candidat du parti
pour le poste de Maire », apprend-on.

De son côté, Hamadou Hamidou le maire sortant soutient mordicus son droit de se porter candidat selon les dispositions de la loi. « Se prévalant d’un indéfectible soutien de conseillers de l’opposition notamment du Front pour le salut National (Fsnc), de l’Andp et de l’Undp, mais aussi et surtout du député Salmana Amadou Ali, conseiller municipal dans cette commune, sa victoire était acquise », confie une source proche du maire sortant. Mohamadou Aminou, le doyen d’âge issu de la faction de Youssouf Issa Balarabé est accusé d’avoir menti sur son âge. L’autre camp demande son remplacement. Le blocus a duré des heures.

Lire aussi
Discours du Président National de l'UNDC, Dalami Abdoulmoumini à l'occasion du nouvel an

Tournant

Le début des travaux de la session ont connu des brouhahas entre les conseillers des deux clans mais aussi entre le camp Balarabé et le préfet. Une pause est intervenue. La reprise n’a pas permis de décanter la situation toujours tendue. Accusant le préfet de les avoir menacés, le camp de Youssouf Issa Balarabé a quitté la salle. «Le préfet a pris fait et cause d’un candidat, soi-disant au nom de la loi. Nous sommes tous d’accord pour respecter la loi, mais nos partis sont aussi régis par la loi. Nous avons été en interne, c’est-à-dire au sein du groupe communal Rdpc, où nous avons investi un candidat au nom de Youssouf Issa Balarabe. Une fois en salle, comme on dit l’eau a coulé, l’argent est sorti, ou je ne sais quelle autre pression ou le copinage, pour que tout change. Que le président national essaie de regarder cette situation de près », indique Halilou Boubaoua, un proche de Youssouf Issa Balarabé.

Lire aussi
Cameroun : Antoine Lucien Essomba Etoundi nommé par le Premier Ministre

Un nouveau bureau d’âge est mis sur pied et le vote a commencé. Un seul candidat en lice : Hamadou Hamidou, le maire sortant est réélu avec 17 voix, un bulletin nul et une abstention. Ses quatre adjoints et les 10 grands conseillers aussi sont reconduits. Pour le préfet du Diamaré Jean Marc Ekoa Mbarga, force est restée à la loi. Quant à Hamadou Hamidou réélu, la récréation est terminée. « Nous avons assez souffert en six mois, période pendant laquelle nous avons perdu 600 millions de Fcfa du budget d’investissement public suite aux blocages qu’il y a eu au niveau du conseil municipal. La récréation terminée, nous devons résolument nous tourner vers le travail. Les conseillers municipaux, l’exécutif municipal le personnel communal, tous, nous devons regarder dans la même direction pour que nous puissions travailler pour nos populations », poursuit-il. Est-ce la fin d’un feuilleton juridique pour cette commune ? C’est d’ailleurs l’espoir des populations.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page