Cameroun – Kousseri: Panique à la place de fête

Ville de Kousseri

Un coup de feu d’un élément des forces de l’ordre a créé la psychose juste avant le défilé.Selon les informations recueillies auprès de différentes sources, c’était la débandade le 11 au matin à la place de fête à Kousseri. Les élèves qui ont fait le déplacement pour la cérémonie de la fête de la jeunesse couraient dans tous les sens. On entendait des cris ça et là. Certains laissaient échapper «Boko Haram! Boko Haram !» Même les éléments de sécurité qui assuraient l’ordre et la discipline dans cet espace ont également paniqué avant de se ressaisir, rapporte-t-on.
Les autorités administratives de la ville de Kousseri ont utilisé plusieurs stratégies pour convaincre les élèves des écoles primaires et des lycées à défiler hier. La majorité des élèves a refusé de retourner à la place de fête. Juste une centaine a accepté de défiler. La cérémonie a été abrégée. Elle s’est déroulée sous forte présence militaire. Des éléments du Bataillon d’intervention rapide (Bir), du Bataillon des troupes aéroportées (Btap), des Equipes spéciales d’intervention rapide (Esir) et des gendarmes ont été déployés pour assurer la sécurité des lieux. Des chars et d’autres véhicules de combat étaient postés dans des coins de la place de fête et dans des artères de la ville. Ce dispositif sécuritaire n’a pas réussi à rassurer les populations qui vivent dans la psychose depuis la multiplication des assauts violents du groupe terroriste Boko Haram.

Fausse manœuvre
La moindre détonation ou l’évocation du nom Boko Haram suscite une panique générale. Et c’est ce qui s’est passé hier à la place de fête. Les consignes données aux forces de l’ordre étaient claires: éviter les attroupements. Mais la parade du défilé en a décidé autrement. Une petite fille a fait un malaise, attirant ainsi les éléments de la Croix-Rouge et la foule autour d’elle. Pour disperser l’attroupement, un militaire posté sur un toit a tiré en l’air. Ce qui a aussitôt créé la panique au sein de la population. Une enquête est ouverte, fait-on savoir. Le militaire qui a tiré est en garde à vue à la brigade de Kousseri pour des besoins d’enquête.
Kousseri, chef-lieu du département du Logone et Chari dans la région de l’Extrême-Nord, est une cible de la secte islamiste nigériane Boko Haram. Plusieurs attaques ont été commises dans cette ville situées aux abords du Nord-Est du Nigéria. La brigade de gendarmerie de ladite ville avait été attaquée à la roquette en mai 2014. Le gendarme Dapsia avait été tué par les membres de ce groupe terroriste cette nuit-là. Plusieurs autres individus ont été aussi abattus. Des sources sécuritaires font savoir que ladite ville est réputée être la zone de transit des armes de Boko Haram. Les autorités sécuritaires quadrillent la zone. Un couvre-feu a été instauré depuis le mois de mai 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *