Politique

Cameroun – Koung-Khi : le président départemental du MRC radié

Samuel Fokam et le coordonnateur de la fédération, Isaïe Kamsu, sont accusés de détournement et de haute trahison.

Le président de la fédération départemental du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), Samuel Fokam a reçu la notification du Comité national de médiation et d’arbitrage (Cnma) le 28 janvier 2021, par voie d’huissier. L’instance d’arbitrage du parti dirigée par Maurice Kamto approuve la décision rendue par le directoire de cette formation politique le 15 janvier 2021. L’acte dont Le Messager a obtenu copie exclu «définitivement» le président de la fédération départemental du Koung-Khi, Samuel Fokam et le coordonnateur de cette fédération, Isaïe Kamsu du Mrc.

Le Comité national de médiation et d’arbitrage du Mrc accoude sa décision sur celle du Comité régional de médiation et d’arbitrage de la fédération régionale du Mrc de l’Ouest. Une instance qui a prononcé, le 27 juin 2020, des suspensions de six mois à l’encontre de Samuel Fokam et Isaïe Kamsu. Des sanctions suivies par la dissolution de la coordination départementale du Koung-Khi ainsi que la création d’une plateforme départementale du Koung-Khi et la désignation de ses membres.

La décision signée du président du Comité national de médiation et d’arbitrage du Mrc, Hamadou Amadou, de trois autres membres et approuvée par le président national du Mrc, Maurice Kamto reprend en intitulé les motifs invoqués par le Comité régional de médiation et d’arbitrage de la fédération Ouest du Mrc. Une décision qui incrimine le président départemental du Koung-Khi de faits de détournement. De même que ledit document indique considérer les aveux de Samuel Fokam devant le comité régional de médiation et d’arbitrage. Samuel Fokam et le coordonnateur de la fédération, Isaïe Kamsu, sont accusés de détournement et de haute trahison.

Lire aussi
Cameroun: Un Renouveau qui bouffe ses propres Dragons

Le président de la fédération départemental du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), Samuel Fokam a reçu la notification du Comité national de médiation et d’arbitrage (Cnma) le 28 janvier 2021, par voie d’huissier. L’instance d’arbitrage du parti dirigée par Maurice Kamto approuve la décision rendue par le directoire de cette formation politique le 15 janvier 2021. L’acte dont Le Messager a obtenu copie exclu «définitivement» le président de la fédération départemental du KoungKhi, Samuel Fokam et le coordonnateur de cette fédération, Isaïe Kamsu du Mrc.

Le Comité national de médiation et d’arbitrage du Mrc accoude sa décision sur celle du Comité régional de médiation et d’arbitrage de la fédération régionale du Mrc de l’Ouest. Une instance qui a prononcé, le 27 juin 2020, des suspensions de six mois à l’encontre de Samuel Fokam et Isaïe Kamsu. Des sanctions suivies par la dissolution de la coordination départementale du Koung-Khi ainsi que la création d’une plateforme départementale du Koung-Khi et la désignation de ses membres.

La décision signée du président du Comité national de médiation et d’arbitrage du Mrc, Hamadou Amadou, de trois autres membres et approuvée par le président national du Mrc, Maurice Kamto reprend en intitulé les motifs invoqués par le Comité régional de médiation et Acte de déstabilisation du Mrc Si le document invoque des collusions entre les accusés et les autorités administratives du département du Koung-Khi, il soutient aussi des cas d’usurpation mis sur le compte de l’ancien secrétaire de la fédération départementale du Mrc Koung-Khi. Il ne fait pas de doute que la décision prise le 15 janvier 2021 par le Comité national de médiation et d’arbitrage et entérinée le 26 janvier 2021 par le directoire du Mrc repose sur la réunion organisée par l’ancien président de la fédération départementale Mrc du Koung-Khi au siège de ce parti à Bandjoun. Une réunion autorisée par le préfet de céans qui est considérée par la faitière du Mrc comme un «acte de déstabilisation du Mrc».

Lire aussi
Cameroun: Cabral Libii dénonce les incohérences du budget 2021

La correspondance signée du Comité national de médiation et d’arbitrage du Mrc souligne par ailleurs que «les faits imputés aux sieurs Fokam Samuel et Kamsu Isaïe constituent un « acte de trahison» et un «refus de se conformer à la lign e politique du pa rti » qui, aux termes de l’article 82 du règlement intérieur du Mrc, font partie des fautes dont la sanction est l’exclusion du parti une fois qu’elles sont avérées.»

Joseph OLINGA N.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page