CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
5436
Actifs
3265
Guéris
1996
Décès
175
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 26 mai 2020
Politique

Cameroun: Kamto joue avec les nerfs des camerounais

Après avoir donné un ultimatum de sept jours échu, le président du Mrc invite ses concitoyens à prendre en main leur destin, dans sept jours (jour J-4), si le président de la République, Paul Biya, ne donne pas la preuve qu’il est bel et bien aux commandes des manettes de la République.

Beaucoup de Camerounais sont restés dans l’expectative, vendredi 3 avril 2020. Et pour cause, l’ultimatum de Maurice Kamto, président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun, appelé «président élu» par ses affidés, invitant le chef de l’Etat du Cameroun, Paul Biya à s’exprimer sur la riposte pour contrer le Coronavirus qui gagne du terrain au pays, et mobiliser les compatriotes dans ce combat, devait tomber en forclusion. Nombre de citoyens, beaucoup d’observateurs du landernau sociopolitique national, scrutaient les coins et recoins pour espérer voir un acte, quand ils n’étaient pas scotchés sur les médias traditionnels et/ou sur les réseaux sociaux numériques, pour capter une sortie éventuelle de l’un des candidats malheureux à la dernière présidentielle d’octobre 2018. Une certaine frange de la population au faîte de la forclusion de cet acte de défiance vis-à-vis du président de la République, redoutaient également une insurrection ou du moins de vives tensions à l’horizon.

Lorsqu’il est 20 heures tapantes ce vendredi-là, Maurice Kamto, délivre une déclaration sur «la défaillance de M. Paul Biya, président de fait de la République du Cameroun». Mu par «le devoir d’interpeler, de proposer, d’appeler le peuple camerounais, abandonné à lui-même, à s’organiser pour sa survie». Paul Biya s’étant montré jusque-là plus discret que jamais, Kamto, prenant à témoin ses compatriotes, appelle à faire le constat de «la défaillance de Paul Biya comme président de la République». En conséquence, le leader du Mrc invite le pauvre peuple camerounais à «s’auto-organiser dans le cadre d’une initiative populaire baptisée «Survie-CamerounSurvival initiative».

Lire aussi
Fête Nationale du Cameroun : Ce qu’il faut retenir du discours de Maurice Kamto

Coup d’épée…

Au plan sanitaire, Kamto demande «aux populations des villes des régions du Centre, Littoral, Ouest et Sud-ouest de se mettre en confinement à partir du 6 au 21 avril 2020, le dépistage massif des populations dans les régions concernées, la désinfection des lieux publics, le port systématique du masque généralisé, le dépistage systématique des voyageurs, soutien aux personnels de la santé, le respect des règles d’hygiène, créer une solidarité des uns vis-à-vis des autres en ce temps de guerre sanitaire en contribuant au Fonds Survie Cameroonsurvival». Au plan social, Maurice Kamto préconise que «les sociétés de distribution d’eau et d’électricité ne devront pas recouvrer le paiement des quittances pendant trois mois, le paiement des patentes, droits des marchés suspendu». Au plan économique, «ouvrir des discussions sérieuses entre le gouvernement et les acteurs concernés pour arrêter le paquet des mesures fiscales et financières pour soutenir l’activité économique».

Après l’ultimatum du 27 mars, Maurice Kamto remet le disque. «Si dans les sept jours suivant la publication de la présente déclaration, le président de facto du Cameroun, n’avait pas donné une preuve physique de ce que c’est bien lui qui est aux commandes de l’Etat, nous nous trouverions dans l’obligation d’engager les procédures juridiques adéquates pour obtenir le constat, par les instances compétentes, de la vacance présidentielle et ses suites constitutionnelles». Kamto a –t-il déjà oublié que dans la mouvance du contentieux postélectoral, l’agrégé de droit qu’il est, avait remis en cause la neutralité et l’impartialité du Conseil constitutionnel, étant entendu que les membres dudit conseil, sont nommés par le président de la République ?

Lire aussi
Cameroun - Maurice KAMTO: Retour de boomerang

Pour rappel selon la Constitution, seul le Conseil constitutionnel est habilité à constater la vacance du président de la République. Si le champion du Mrc a récusé la configuration humaine de cette institution, en remettant en question la compétence de ce Conseil à connaître du contentieux, comment fera-t-il pour cet organe constate une telle vacance? Surréaliste ? Bien plus, Maurice Kamto triture les nerfs de ses compatriotes lorsqu’il affirme «Je me réserve le droit d’appeler à de mesures plus radicales». Pour l’instant, il est le seul à cerner le contenu des mesures plus radicales qu’il prendrait et dont il amènerait le peuple camerounais à faire sien. Lequel peuple n’est nullement édifié sur cette nouvelle option politique, qui entre dans la foulée des deux précédentes sorties sur fond d’ultimatums, véritables coups de pied dans l’air ou du moins, selon la phraséologie du Pr Jacques Fame Ndongo, «un coup d’épée dans l’eau».

ALAIN NJIPOU

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer