Cameroun – Junior Kamdem : A Nkololoun, faute d’emploi

Junior Kamdem

Ce titulaire d’un Probatoire F3 s’est lancé dans le petit commerce après l’échec de ses demandes auprès d’entreprises de la place.

Junior Kamdem a pris place sur un grand tabouret disposé en bordure de la chaussée au marché Nkololoun de Douala. Il tient un t-shirt en main. Le reste de la marchandise est rangé dans un sac nylon de couleur noire. Le jeune homme de petite corpulence a le regard perdu dans le vide. Il n’a pas déballé toute sa marchandise de peur des représailles de la police et des agents de la mairie qui sillonnent dans le coin depuis mercredi dernier pour déguerpir tous les occupants au bord de la chaussée. Ce vendredi, après le passage de la police, Junior a repris sa position habituelle. Mais le client se fait rare. Le vendeur a l’air abattu. «Même les clients ont peur d’entrer au marché Nkololoun depuis trois jours. Ils craignent d’être pris dans des tirs ou des jets d’eau de la police», se désole le petit commerçant.

C’est grâce à son petit commerce de t-shirts de friperie triés lors des déballages que le jeune homme parvient à se faire un peu de sous. «Après avoir acheté les t-shirt au déballage, je dépense encore des sous à la couture pour des retouches. Puis je les revends pour me faire un peu de bénéfice », détaille Junior. Le prix de revente de t-shirt varie entre 500 et 1000 F. Cfa. Junior Kamdem dit braver les intempéries pour réaliser 3 000 F. Cfa de bénéfice journalier, lorsque les affaires prospèrent. Mais il arrive aussi des jours où il n’écoule qu’une seule pièce. « Ces jours-là, je rentre à pieds», indique Junior qui vit au quartier Bilonguè avec une femme et deux filles (Mélissa et Christelle), des jumelles âgées de 4 ans. A côté de la ration alimentaire, le petit débrouillard de 27 ans doit en plus s’acquitter chaque mois des frais de loyer. Il dit d’ailleurs crouler sous le poids des dettes.

Faute de mieux

Junior Kamdem n’avait pas souhaiter se retrouver à vendre des vêtement sur la chaussée au marché Nkololoun. Après l’obtention de son probatoire F3 (électricité), ses parents ne disposent plus de moyens financiers pour soutenir ses études. Le jeune homme entreprend alors de déposer des demandes d’emploi un peu partout. Devant le silence des entreprises, il décide de se lancer dans la vie active à travers le petit commerce. Il débute par la vente ambulante d’emballages plastiques au marché Central de Douala. Lorsque les charges s’accroissent à la maison, Junior Kamdem veut aussi améliorer son revenu. Il se lance donc dans la vente de vêtements de seconde main au marché Nkololoun.

Mathias Mouendé Ngamo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *