Cameroun – Insécurité dans l’Extrême-Nord: Le Gouverneur dans le viseur de la secte Boko Haram

Les mesures de sécurité prises par Augustine Awah Fonka, lui ont valent les menaces de la part de l’organisation terroriste d’origine nigériane.
Boko Haram semble décidé à faire la peau, à toutes les forces qui osent se dresser sur son chemin. Le « couvre-feu » décrété par le patron de la région de l’Extrême-Nord, pour assurer la sécurité de ses compatriotes ne plaît pas du tout à la secte islamique nigériane.[pagebreak] Selon le gouverneur Augustine Awah Fonka, les motocyclettes ne doivent plus circuler dans son unité de commandement entre 19 heures et 5 heures du matin. Cette mesure a été prise parce que l’attaque foudroyante perpétrée, il y a quelques jours contre une Brigade de Gendarmerie, a été menée par des inconnus munis de motos. Et les soupçons sur Boko Haram. Cette nébuleuse qui a pris ses quartiers chez nous depuis quelques mois, trouve que la décision du gouverneur est de nature à briser son élan.

Les membres de cette secte qualifiée de pernicieuse par nombre d’observateurs, ont promis d’attaquer violemment les services de gouverneur si l’interdiction de circuler à moto nuitamment n’est pas levée. Cette menace est à prendre au sérieux d’autant plus que, des sources nous apprennent que Boko Haram dispose des moyens nécessaires pour frapper. La montée de l’insécurité dans l’Extrême-Nord ne cesse de donner des sueurs froides aux autorités et aux populations. L’activité économique tourne au ralenti et la région a été décrétée zone rouge pour les Occidentaux. Les multiples enlèvements des toubabs ont porté un coup fatal au tourisme. En attendant que la secte Boko Haram ne mette sa menace à exécution, l’heure est à la vigilance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *