Société

Cameroun – Grand banditisme : Fin de parcours pour les ravisseurs d’Elono Ate’e

Les bandits qui exigeaient la somme de trois millions pour libérer la victime, ont été présentés à la presse hier mardi, par le commissaire divisionnaire Moïse Emane Emane, Chef de la Division régionale de la police judiciaire du Centre (Drpj).

Les internautes n’ont pas oublié cette vidéo choquante et d’une violence inexplicable qui est devenue virale dans les réseaux sociaux. Un individu cagoulé, tenant un poignard en main, menaçant de mettre fin à la vie d’une jeune fille soigneusement ligotée et bâillonnée, si la famille de l’infortunée ne versait pas la somme de trois millions de F. On avait cru à un montage cinématographique du genre hollywoodien. Que non ! Il s’agissait bel et bien d’un enlèvement et séquestration d’une jeune fille. La victime, la nommée Elono Ate’e Yannick Henriette, âgée de 23 ans, est tombée dans la nasse de ses bourreaux via le réseau social populaire Facebook. Mais grâce à l’intervention prompte de la Division régionale de la police judiciaire du Centre (Drpj), saisie le 26 juin par la famille de la victime, le grappin a été mis sur les hors-la-loi. Ces derniers ont été présentés hier 13 juillet à la presse camerounaise par le commissaire divisionnaire Moïse Emane Emane, le patron de la Drpj.

Opération de sauvetage Le film des évènements révèle que les trois présumés gangsters ont fait miroiter un emprunt d’argent à la victime dans le but de fructifier son commerce et vont finalement la conduire vers une destination inconnue dans la capitale économique. Ils exigeront dans une vidéo qui a circulé sur la toile, la somme de trois millions de F pour libérer Elono Ate’e Yannick Henriette. « Les investigations entamées immédiatement par mon Unité, au travers de l’exploitation des résultats des réquisitions adressées à l’Antic, ont permis de localiser les suspects dans la ville de Douala », raconte face à la presse, le Chef de la Division régionale de la police judiciaire du Centre, le commissaire divisionnaire Moïse Emane Emane. « Dans la nuit du 28 au 29 juin 2019, au cours d’une opération savamment menée, après avoir défoncé la porte du lieu de la captivité, les nommés Manfo Narcisse, Dongmo Chedjou Elvis et Sande Ivan Aimé, âgés respectivement de 28, 21 et 20 ans, ont été interpellés au quartier Makèpè Missokè », poursuit le chef de la Drpj. L’on apprend également que la victime a été retrouvée dans un état de fatigue extrême dans une chambre de fortune. « Ses ravisseurs lui ont inoculé des produits non identifiés », souligne-t-on.

Sur les lieux où était séquestrée Elono Ate’e Yannick Henriette, plusieurs objets ont été saisis par les fins limiers de la Drpj. Notamment, une cagoule, une seringue, un filon de cannabis, un poignard, plusieurs puces et une bouteille de parfum remplie à moitié d’un liquide que les ravisseurs ont inoculé à la victime. Le chef de la Drpj a terminé en exhortant les jeunes à éviter l’exhibitionnisme sur les réseaux sociaux. Les ravisseurs de la jeune Elono Ate’e Yannick Henriette quant à eux, seront déférés dans les jours qui viennent devant le Procureur de la République près le Tribunal de Grande instance du Mfoundi.

Ahmed MBALA

Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page