Société

Cameroun : Gertrude Keegoui veut révolutionner l’agriculture de son pays

La camerounaise de 36 ans vient de décrocher son PHD en agronomie en Russie avec une mention honorable.

Gertrude Keegoui a soutenu sa thèse de Doctorat le 28 juin 2021 à l’université Russe de l’Amitié des peuples à Moscou devant un parterre impressionnant de huit (8) professeurs agrégés et neuf (9) docteurs Russes. Le couronnement de 13 années d’études depuis son arrivée à Moscou, adoubées par l’ambassadeur du Cameroun en Russie qui s’est fait représenter par l’attaché culturel, le Dr Jean Cottin Kouma , et l’attaché de défense du Cameroun en Fédération de Russie, le Capitaine de Vaisseaux Bissioer Mbile Samuel Pédrito. Sous la conduite de son maître de thèse, la Professeure Antonina Federovna Toumanian, Gertrude Keegoui a exposé pendant deux heures et 22 minutes entre la première prise de parole du président du jury, et la sentence finale.

Pour justifier ces difficiles années de labeur, la thèse de Gertrude Keegoui portait sur le thème : « études des spécificités et l’impact des agrochimies sur la productivité de la tomate dans la zone aride de la Basse Volga ». Un travail de recherche effectué entre 2018 et 2020, selon la Camerounaise : « La 1ère expérience portait sur l’étude de 40 variétés et hybrides de tomates parmi lesquelles l’on a démarqué les plus productives, adaptées à la zone de l’étude. La 2ème expérience portait sur l’impact des agrochimies (4 types choisis) sur la productivité de 4 variétés et hybrides (l’hybride Cobra 26 F1 et la variété Rio Grande sont venues du Cameroun) ». Après plus de 12 heures de débats intellectuels avec en face d’éminents Professeurs et Docteurs, la Camerounaise a reçu l’unanimité des 17 membres du jury, l’équivalent de la Mention Très Honorable.

Galères et petits boulots

Après autant d’années à aller décrocher son diplôme, Gertrude Keegoui a maintenant de vagues souvenirs de sa galère d’abord au Cameroun, de son retrait pour l’éloigner des mauvais amis, de ses petits boulots par lesquelles elle est passée comme enseigner le français et l’anglais dans les domiciles à Moscou, ou alors faire la baby-sitter pour survivre. Mais rien, n’a découragé cette jeune maman de deux enfants qui était partie du Cameroun avec un BTS en Assurances et qui va devoir revenir au Cameroun pour servir en qualité de Docteur en Agronomie, comme elle nous l’avait promis en 2018 : « Je vais revenir au pays pour révolutionner l’agriculture. Les études en Russie dans les domaines comme l’agronomie sont incomparables. C’est un pays riche qui ne manque de rien. Ils ont les moyens de leurs politiques d’enseignements. Je serai peut-être sollicitée pour transmettre des connaissances dans les facultés d’agronomie de plus en plus nombreuses au pays, mais je tiendrai moi-même un projet sur une culture donnée ». Le projet est clair. Reste à se donner les moyens pour le réussir.

David Eyenguè

Afficher plus

Un commentaire

  1. Toutes mes félicitations à cette jeune femme que la vie a offert de réaliser ses souhaits et que la main ne vous soit pas arrêtez dans votre lancée d’un exemple légendaire.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page