Cameroun: Francis Nana Djomou met un pied dans les plats





Avec une bonne dose d’assurance acquise au fil de ses succès dans l’industrie cosmétique, le fondateur de Biopharma se lance dans l’agroalimentaire. Un secteur qu’il pense largement sous-exploité.[pagebreak] »On ne peut entreprendre sans ambition », pose Francis Nana Djomou, 56 ans, patron des laboratoires Biopharma. Fixant son interlocuteur du regard, derrière ses fines lunettes rectangulaires, il semble vouloir l’envoûter.
Poussé par cette envie de réussir, il s’est attaqué au monopole du géant helvétique Nestlé sur le marché camerounais des bouillons alimentaires, qui pèse près de 40 milliards de F CFA (environ 61 millions d’euros). Avec FooDis, sa nouvelle entreprise, il s’est allié à l’espagnol Gallina Blanca, dans un partenariat technique et commercial pour distribuer et importer ces produits. Depuis novembre, il a ainsi relancé le cube Jumbo, qui figure désormais sur les étals des commerçants aux côtés de Maggi. « C’est un marché très effervescent. Nous avons donc décidé, après étude, d’en conquérir quelques parts », avance l’homme d’affaires d’une voix à peine audible.
Après s’être imposé comme leader sur le marché camerounais de la cosmétique, dont le chiffre d’affaires global s’élève à plus de 150 milliards de F CFA annuels, le directeur général de Biopharma – une trentaine de marques, plus de 80 références – veut donc faire de l’agroalimentaire son prochain terrain de chasse.

Francis Nana Djomou prévoit de miser 15 milliards de F CFA sur les cinq prochaines années. Bientôt, il produira localement ses propres bouillons alimentaires, dans une usine qui devrait démarrer ses activités d’ici quelques semaines dans la banlieue ouest de Douala. À la clé, assure-t-il, « la création d’un millier d’emplois ».

Et l’homme d’affaires, natif de Bangou en pays bamiléké, ne compte pas s’arrêter là. Le secteur agroalimentaire représente pour lui une « niche de croissance peu exploitée en dépit du potentiel démographique du continent et de l’abondance de terres arables ». Il prépare aussi le lancement d’Elim Beverage, un projet de plus de 9 milliards de F CFA qui se spécialisera, avec l’appui d’un autre partenaire ibérique (dont il refuse pour l’instant de communiquer le nom), dans la production de jus de fruits. « Nous explorons toutes les opportunités de diversification. Grâce à la loi sur les incitations à l’investissement de 2013, les conditions se sont considérablement améliorées au Cameroun », explique l’industriel. [url=http://direct.economie.jeuneafrique.com/entreprises/entreprises/agro-industrie/23176-francis-nana-djomou-met-un-pied-dans-les-plats.html]… LIRE LA SUITE SUR JEUNE AFRIQUE.COM[/url]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *