Cameroun – Fête de l’Unité: Eneo paralyse les festivités à Nko’ovos par Ebolowa

Le démarrage de la cérémonie protocolaire a été retardé du fait d’une coupure de l’énergie électrique.L’image du Cameroun a sérieusement été écornée ce 20 mai 2015 à Ebolowa. Et pour cause, les festivités marquant le déroulement de ce moment de communion nationale, ont été gâchées à la place des fêtes de Nko’ovos, par une coupure de l’énergie électrique intervenue dans la matinée. Résultat, la remise des médailles à la trentaine de récipiendaires retenus cette année à Ebolowa, a commencé trente minutes après l’arrivée du gouverneur de la région du Sud, Jules Marcellin Ndjaga. Il aura fallu l’intervention du délégué régional de la communication pour le Sud, Liliane Florence Bobé. Laquelle a déployé un groupe électrogène sur les lieux, pour que les choses reviennent dans l’ordre.
Ce désagrément a été d’autant plus gênant qu’à la tribune officielle, se trouvaient aux côtés du patron du Sud, Jean Gustave Mevian M’Obiang, son homologue de la province du Wolleu-Ntem au Gabon, Baltazar Mebana Esono de la province de Kie-Ntem en Guinée-Equatoriale et Antonio Nsué Ondo, préfet de Bata, représentant le gouverneur de la province du Littoral au pays d’Obiang Nguema. En plus de mettre en difficulté le gouverneur Ndjaga, cette coupure, la énième parmi celles intervenues au cours des derniers mois, a porté préjudice aux milliers d’habitants de la ville du «chimpanzé pourri» qui espéraient vivre l’événement soit à la télévision, pour le défilé de Yaoundé, soit à la radio pour ce qui est du défilé local.
En attendant d’établir les responsabilités, cette déconvenue qui a mis les populations d’Ebolowa dans tous leurs états en plus d’avoir terni le rayonnement d’une fête qui, depuis des années, a une coloration diplomatique dans la région du Sud. Toutefois, malgré ce désagrément, la 43ème édition de la fête nationale de l’Unité s’est déroulée dans le calme et la sérénité à Ebolowa. «La présence des étrangers à cette fête témoigne pour les Camerounais, l’expression de la fierté d’appartenir à une patrie. La mobilisation des populations exprime le soutien de ces dernières aux institutions de la République et notamment à celui qui les incarne son excellence Paul Biya, qui en tant que chef de guerre, mène un combat militaire contre Boko Haram. C’était donc l’expression d’une synergie de toute la nation avec les forces de défense pour la défense de l’intégrité de notre territoire et la préservation de la paix au Cameroun», a indiqué le gouverneur du Sud.
La célébration du 20 mai a joué les prolongations dans la région du Sud. Jeudi dernier [21 mai Ndlr] au centre touristique de Nkolandom, le patron du Sud a partagé le dernier repas avec ses homologues de la région des trois frontières. «La présence dans nos murs de mes homologues du Gabon et de la Guinée-Equatoriale témoigne de l’excellence des relations qui existent entre nos pays et qui sont impulsées par nos chefs d’Etat. Cette présence intervient surtout au moment où le Cameroun a plus que jamais besoin de ses voisins au regard des menaces qui pèsent sur ses frontières», a interpellé M. Ndjaga qui a souhaité que la libre circulation des biens et des personnes soit effective dans la sous-région Cemac.
Tout en félicitant son frère et ami pour les efforts consentis pour maintenir allumé le flambeau de la diplomatie et de la coopération, Jean Gustave Mevian M’obiang du Gabon, s’est dit satisfait de son séjour en terre camerounaise. «La Cemac des peuples existe avant la volonté des Chefs d’Etat à faciliter la circulation des biens et des personnes», a précisé le gouverneur gabonais.

Guy Roger Mvondo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *