Cameroun – Fecafoot: Ngassa Happi jette l’éponge

Dans un courrier envoyé hier à la Fifa, le vice-président du Comité de normalisation a décidé de quitter le navire.[pagebreak]Hier mardi matin, Joseph Owona a reçu une lettre recommandée à lui adressée par Prince Emmanuel Ngassa Happi, vice-président du Comité de normalisation. Dans ce courrier, le président historique de l’Union sportive de Douala annonce sa démission du comité de normalisation et indique les raisons pour lesquelles il jette l’éponge. Sur les raisons profonde de sa démission, « l’Empereur » s’est montré peu disert.
Le président du Conseil des sages de l’Union sportive de Douala s’appuie néanmoins sur les différentes prorogations du bail du Comité de normalisation qu’il considère comme un « constat d’échec ». L’on se souvient également que dès le lendemain de l’installation du Comité de normalisation, il avait demandé qu’un audit soit commandé pour savoir exactement quelle était la situation à leur arrivée. Chose qui n’aurait pas été faite. Par ailleurs, il a toujours, par média interposé, estimé que le président du Comité de normalisation ne le consultait pas. Avant que nous ne mettions sous presse, la réaction de la Fecafoot était toujours attendue.
Voici d’ailleurs l’intégralité de la lettre du président de l’époque glorieuse des Nassaras : « Monsieur le Président, sur proposition de S.E. Monsieur Paul Biya, Président de la République du Cameroun, Chef de l’Etat, vous avez bien voulu me nommer comme Vice Président du Comité de Normalisation de la Fédération Camerounaise de Football. Probablement cette nomination serait la reconnaissance méritée de mon âge 76 ans et surtout des sacrifices énormes pour le sport en général, et particulièrement pour le football pendant 47 ans.
En effet, un simple rappel des résultats obtenus successivement de 1976 à 1982 permettrait de mieux apprécier ces sacrifices financiers, moraux pour notre cher pays… Faudrait-il signaler aussi que de 1976 à 1982, j’ai été membre du Comité centrale de la Fécafoot et deux fois Président du Congrès. Maintenant, sans vouloir évoquer les raisons profondes de ma démission, j’ai pris acte de la suspension le 28 Novembre 2014 du processus électoral de la Fédération camerounaise de football par votre Comité d’urgence et de la prorogation du mandat du Comité de normalisation jusqu’au 28 février 2015, certainement à cause des troubles inévitables aux Conséquences sociales et politique imprévisibles qui certainement se préparaient à l’horizon.
 Vous avez bien fait, car vous serez tenu devant l’histoire, pour le principal responsable et votre conscience en souffrirait énormément. Après la première prorogation, j’avais annoncé dans un média qu’en cas d’une autre prorogation, je démissionnerais  du Comité de Normalisation car, ceci ne serait autre qu’un constat d’échec de notre mission. Eu égard à l’honneur et à la dignité que me confèrent mes statuts traditionnel, professionnel et de légaliste, je viens par conséquent vous présenter de manière irrévocable ma démission du Comité de Normalisation, à compter de ce jour.
 Parce que j’aime mon pays le Cameroun, et pour permettre au Comité de Normalisation de la Fécafoot de continuer sereinement sa mission, je ne ferai aucune déclaration dans les médias, avant la fin du mandat du Comité de normalisation le 28 février 2015, sauf si par extraordinaire, il y aurait une provocation délibérée ».

Emile Zola Ndé Tchouss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *