CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
12592
Actifs
2179
Guéris
10100
Décès
313
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 29 juin 2020
Politique

Cameroun – Exécutif communal : l’hon. Datouo Théodore dicte sa loi à Bangou

Non content d’avoir installé sans succès un Chef à la chefferie supérieur de Bangou, il revient à la charge cette fois, en imposant ses hommes à la tête de l’exécutif communal.

Les frasques et les turpitudes à répétition du député Datouo Théodore, président de la section RDPC de Bangou, font des vagues et des gorges chaudes dans cet arrondissement. Déjà, ce monsieur s’est illustré très négativement dans le contentieux successoral de la chefferie Bangou, en prenant fait et cause pour le fils d’un usurpateur qui a pu régner, on ne sait par quelle alchimie, pendant plus de trois décennies sur ce groupement, ce, nonobstant la volonté des plénipotentiaires (collège des Chefs supérieurs, des 9 et 7 notables), en charge « d’arrêter le nouveau Roi ». Il avait eu pour ainsi dire, l’outrecuidance et la désinvolture de déguerpir le nouveau Roi des bangou du ‘’Là’a kep’’, pour y introduire son affidé. Toute chose qui apparait aux yeux de la tradition, comme un sacrilège ou une abomination. Ces prises bec avec le Sous-préfet, qui ont failli dégénérées en bagarre, après que celui ait décidé de sceller la chefferie, avait fait le tour des réseaux sociaux. Ses congénères qui n’arrivent plus à supporter son arrogance et sa condescendance, espéraient tout au moins qu’après ces derniers incidents, qu’il s’assagisse et libère le planché. Que nenni ! c’est avec plus de détermination qu’il continu à donner libre cours à son égo surdimensionné. Ses frasques lors de ce double scrutin illustrent à merveille tout ce qui ce qui vient d’être dit.

Il serait superfétatoire de revenir sur les charters et la fraude massive dont la paternité lui incombe, d’autant plus qu’il est important de s’appesantir sur les faits de l’heure dans l’arrondissement de Bangou, à savoir les péripéties qui ont entourées l’élection des nouveaux responsables de la mairie. De prime à bord, il convient de préciser que l’arrondissement de Bangou compte trois groupements, Bangou lui-même, Badenkop, et Bapa. Ensuite il faut dire que le RDPC a eu dans cette commune la majorité absolue et rafler ainsi tous les 25 sièges disponibles. Ces sièges sont repartis ainsi qu’il suit : 14 pour Bangou ; 6 pour Badenkop ; et 5 pour Bapa. Maintenant, voici comment l’ingérence de Datouo Théodore, Bangou de souche par alliance car bangou d’origine, va faire perdre à son groupement le leadership de l’exécutif communal.

Lire aussi
Cameroun: Détruire les us et coutumes d'un peuple c'est le conduire vers la tombe et c'est méchant!

Le lundi qui précède la session de plein droit, Datouo qui n’est pas mandataire du Comité Central du RDPC, convoque dans son domicile, tout d’abord les 14 conseillers de son groupement, dans le but d’imposer son candidat. Face à une réticence féroce des uns, on est obligé de passé au vote. C’est ainsi que Wakou Roger passe au détriment des deux autres postulants. Plus tard, il est question de choisir le maire et ses adjoint (toujours au domicile de Datouo). Là encore il n’y a pas de consensus. Le bloc Badenkop-Bapa qui au départ avait 3 candidats parvient à présenter un seul. Mais jusque-là, la loi de la majorité aurait pu faire gagner le village Bangou (14 contre 11), mais du fait de l’immixtion de Datouo dans ce processus qui a provoqué le courroux de certains conseillers qui se sont leguer par vengeance contre leur propre camp. Comme il fallait s’y attendre le candidat de Badenkop Sikapin remporte la bataille du contrôle de la mairie de Bangou (15 voix contre 10). Datouo Théodore déçu en ne sachant plus à quel « diable » se vouer, décide en réparation de sa forfaiture de sacrifier la jeunesse et le genre, foulant ainsi au pied les recommandations du Chef de l’Etat.

Lire aussi
Cameroun: Distribution des kits Covid-19 dans la Commune de Bangou

Alors que les jeunes et les femmes se concertaient pour les deux adjoints au maire (une femme et un jeune), M. Datouo décide et impose unilatéralement que c’est le malheureux perdant (son protégé) qui sera l’adjoint au maire. Les jeunes et les femmes conseillers, qui n’approuvaient pas cette dictature à l’instar de Timeny Luther, Kewe Pascaline, fandjo Micheline et Urich Chokam, ont été chassé du domicile de Datouo, et sans autre forme de procès la messe a été dite.

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer