Cameroun: Des réductions de salaires des employés annoncées à Camair-Co

Camair-co du Cameroun

En colère contre le directeur général Ernest Dikoum, qui vient d’annoncer la réduction des salaires et de certains avantages, pour des raisons d’autonomie financière, ces derniers dénoncent le non respect de leurs droits.
La lettre du directeur général de la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) date du 06 juin 2017. Mais elle n’a été rendue publique que le vendredi, 07 juillet dernier, après un conseil d’administration qui s’est tenu à Douala. Pour des raisons de compétitivité, et au moment où le Cameroun vient de s’engager dans un nouveau programme avec le Fonds monétaire international (FMI), Camair-Co se doit, apprend-on, de compter sur les ressources générées en interne. C’est ce qu’on peut retenir de cette lettre d’Ernest Dikoum, rendue publique en fin de semaine dernière, et qui informe le personnel de Camair-Co de ce que les prochains jours seront durs pour certains d’entre eux. « Nous sommes obligés dès maintenant de faire des ajustements sur tous les postes qui pèsent illégalement et anormalement sur les finances de l’entreprise », écrit-il au personnel. Ce qui signifie en clair que les salaires et avantages que touchaient une bonne partie du personnel seront revus à la baisse. De quoi créer une véritable panique au sein de la compagnie. Selon le DG de Camair-Co, « des rapports récents et concordants de structures de contrôle (interne et externe), font ressortir des manquements très graves dans la gestion et le fonctionnement de la compagnie et qui appellent des corrections immédiates », soutient-il, invitant les employés à un changement de mentalités indispensable pour la survie de l’entreprise. La mesure en question impactera les conditions de vie du personnel. « Cette mesure va avoir des incidences immédiates sur ceux des collaborateurs dont les rémunérations sont en déphasage avec les normes organisationnelles de la compagnie, ceux qui perçoivent des revenus non dus, ceux qui pour des raisons diverses bénéficient des avantages anormaux dans la société. Des correspondances individuelles seront adressées aux concernés à cet effet », annonce-t-il. Après un premier semestre 2017, dont les résultats sont en cours de compilation sur le plan statistique et stratégique, Ernest Dikoum se veut optimiste quant aux options prises par le management de l’entreprise en matière d’exploitation et qui mettent en avant les lignes domestiques. Selon lui, elles sont en train de produire leurs fruits. « Nous arrivons petit à petit à couvrir certaines de nos charges de fonctionnement, malgré une conjoncture nationale et internationale difficile qui nous impose de développer des actions stratégiques, devant nous amener progressivement à être indépendant sur le plan financier. A terme, nous devons compter sur les ressources générées en interne », indique-t-il. Sauf que les employés de Camair-Co reçoivent cette mesure, qui va sûrement impacter négativement leurs conditions de vie, comme un coup de massue sur la tête. La peur au ventre, plusieurs d’entre eux approchés vendredi dernier se posent de nombreuses questions. « Selon les lettres individuelles que plusieurs d’entre nous avons reçu vendredi dernier, après le conseil d’administration, toutes les nominations, avancements d’échelon, avantages financiers et matériels, etc, sont annulés. Et le personnel concerné verra son salaire et avantages revus à la baisse au statut avant nomination par les DG successifs qu’a connu Camair-Co depuis 2011. Questions : le code du travail permet-il un tel rétropédalage près de six ans après les nominations sous prétexte que les conseils d’administrations n’avaient pas pris acte de ces nominations ? Quelle preuve tangible le personnel peut-il donner à la DRH avant 72h, en dehors de la notification signée par la même DRH ? Comment l’employé peut-il savoir que sa nomination n’est pas actée par le conseil d’administration (CA), surtout que les résolutions du CA ne sont pas rendues publiques ? Bref, nous sommes confus et sous le choc », confie, sous anonymat, un employé de Camair-Co.

Joseph Roland Djotié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *