Cameroun – Décentralisation: Près de 500 maires boudent les salaires de l’Etat

Un communiqué du ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation les met en demeure de déposer leur dossier de prise en solde avant la fin du mois de février 2017.
Le gouvernement annonce le début du paiement des salaires des maires à la fin du premier trimestre 2017. Selon les informations tirées des dernières assises du Conseil national de la décentralisation tenue le 28 décembre à Yaoundé, une enveloppe de 5 milliards FCFA servira au paiement des salaires de 1 305 magistrats municipaux. 237online.com Seulement, au 28 décembre 2016, le ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minatd) avait déjà validé 781 dossiers relatifs au traitement salarial des magistrats municipaux. 542 dossiers restaient donc en attente pour compléter la liste des 1 305 élus locaux en attente de prise en solde depuis la signature le 16 septembre 2015 du texte présidentiel fixant les modalités de rémunération des délégués du gouvernement, des maires et de leurs adjoints au Cameroun. Depuis cette date, un groupe de travail chargé du suivi de ce dossier a été mis en place le 17 mai 2016. Composé des représentants du Minatd, des Finances et du Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (Feicom), ce groupe de travail a fait des propositions au gouvernement. Les estimations budgétaires projetées au titre du premier trimestre 2017 indiquent une enveloppe budgétaire de 423,3 millions FCFA pour un net à percevoir de 390,25 millions FCFA. Cette enveloppe représentera sans doute la charge mensuelle. Tout calcul fait, la moyenne mensuelle pour un magistrat municipal est de près de 324 367 FCFA. Ce qui correspond à une prévision annuelle d’un peu plus de 5,07 milliards FCFA. Une enveloppe budgétaire qui tranche avec les prévisions antérieures du gouvernement. Sur les quatre dernières années, une ligne de crédit de 3 milliards FCFA pour le salaire des maires était inscrite dans la répartition de la Dotation générale de la décentralisation. Dans le communiqué final sanctionnant la seconde session du Conseil national de la décentralisation du 28 décembre 2016, l’on peut lire que « concernant spécifiquement les ressources financières destinées aux magistrats municipaux, le Minfi a indiqué qu’un engagement de 3 milliards FCFA au profit du Feicom est en cours de traitement pour le paiement ». Mais au sein du mouvement municipal camerounais, aucun élu n’affirme avoir perçu un franc de cette ligne de crédit inscrite au budget de l’Etat depuis 2010. Les prévisions du gouvernement tranchent aussi avec les attentes des élus locaux qui tablaient sur un salaire mensuel de 400 000 FCFA au cours de leur assemblée annuelle tenue en janvier 2015 à Yaoundé.

740 000 FCFA au moins pour un maire
Avec le texte du 16 septembre 2015, le revenu brut des magistrats municipaux est composé : d’un salaire mensuel, d’une indemnité de fonctions, une indemnité de représentations et autres avantages. Ces avantages sont fonction du niveau des Collectivités territoriales décentralisées (CTD). Suivant les extrapolations faites du décret du 16 septembre 2015 qui rompt avec les dispositions du décret du 13 avril 1981 fixant les indemnités et avantages accordés aux magistrats municipaux, un maire de la classe 1 avec un compte administratif de 5 milliards FCFA minimum ne gagnera pas moins de 1, 3 millions FCFA par mois : salaire, indemnités, frais de téléphone, eau, électricité et d’entretien de logement compris. Celui de la classe 2 avec un compte administratif oscillant entre 1 et 5 milliards FCFA aura droit à 1 075 000 FCFA tandis qu’un élu local de la classe 3 aura 850 000 FCFA avec un compte administratif de 250 millions FCFA à un milliard FCFA. C’est dans cette catégorie que se trouvent plusieurs CTD au moment de la publication du décret présidentiel. Le plus bas salaire sera donc de 740 000 FCFA avec un compte administratif de moins de 250 millions FCFA. Leurs adjoints peuvent avoir des revenus mensuels de l’ordre de 533 000 FCFA pour la classe 1. Les adjoints au maire de la classe 2 recevront 425 000 FCFA, ceux de la classe 3 percevront 350 000 FCFA et le plus bas revenu sera 315 000 FCFA pour la classe 4. Ils n’auront pas droit à l’entretien du logement, encore moins aux frais d’ameublement du logement de fonction, avec des taux dégressifs maximum de 15 millions FCFA, 10 millions FCFA, sept millions FCFA et cinq millions FCFA allant de la classe 1, la plus huppée à la classe 4.

Pierre Nka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *