Société

Cameroun – Covid-19 : Un député demande d’injecter les vaccins dans les bouteilles d’eau

Face au manque d’adhésion, l’honorable David Manfouo a proposé au ministre de la Santé publique de contraindre les populations à la vaccination par ce moyen.

Les cerveaux des députés de la 10ème législature fourmillent de mille et une idées. Ce mercredi 23 juin 2021, c’est le parlementaire des Bamboutos, l’honorable Manfouo David qui s’est distingué par sa proposition au gouvernement dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. Ce dernier a proposé au gouvernement un «projet»: la vaccination obligatoire par la ruse. Il est question pour lui d’aider le gouvernement à atteindre plus rapidement une population vaccinée à hauteur de 20 à 40%. « On pourrait mettre à contribution nos sociétés brassicoles, je parle là vraiment en néophyte, mais vous pouvez essayer de voir plus loin pour comprendre ce que je veux exactement. Nous pouvons donc mettre à contribution nos sociétés brassicoles qui produisent de l’eau potable…pour qu’elles injectent ce produit dans des vagues précises et spéciales de bouteilles d’eau et en quantité suffisante pour tous sans augmenter les prix de vente car on pourrait les subventionner. Ceci pourrait nous permettre, pas d’annuler les vaccins, mais de combler le grand vide et les risques de vaccination partielle…il faut quelque chose que tout le monde consomme en un temps record, qui éradique la maladie » a assuré le député à l’Assemblée nationale.

Consentement

Une proposition qui a fait sourire le ministre de la Santé publique. Ce dernier s’est tout d’abord attardé sur la faisabilité de ce plan. Le trouvant très complexe. «Si vous avez le privilège d’avoir de l’eau Tangui, je ne suis pas sûr que 50 ou 40% des camerounais ont ce privilège. Lorsque je vais à Mokolo dans mon village, nous buvons l’eau de la pompe. Ça c’est aussi un privilège parce qu’il y a ceux qui vont puiser de l’eau dans les marigots. Qu’allons-nous faire de ceux-là. Allons-nous aussi injecter les produits dans les rivières ? C’est une grande problématique», a déclaré Manaouda Malachie. Avant d’évoquer le consentement préalable pour balayer la proposition du député des Bamboutos. «Le règlement sanitaire international est très clair. Il faut un consentement. Informer sur ce que vous allez faire, comment ça va réagir. Donc sans ce consentement on ne peut pas», a assuré le Minsanté.

En rappel, l’honorable David Manfouo fait partie des députés qui sont passés devant les services du Minsanté envoyés à l’Assemblée nationale dans la cadre de campagne de dépistage et de vaccination contre la Covid-19.

Afficher plus

Un commentaire

  1. On ne peut pas lancer une telle campagne de vaccination sans avoir une certitude sur la qualité et la provenance de cette eau qu’on distribuera aux populations. Je suggérerais qu’une commission d’enquête soit faite au préalable et soit rassurante sur la provenance de cette eau avant toute prise de décision finale. Les populations en ont déjà beaucoup souffert à cause de ce manque de responsabilité approprié.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page