Cameroun: Contraintes et défis budgétaires de 2016

La boussole économique camerounaise reste orientée par l’accélération de la croissance pour la rendre plus forte, durable, inclusive et génératrice d’emploi notamment à travers la mise en œuvre du plan d’urgence triennal, la poursuite des grands projets structurants et la diversification de l’économie et de nos partenaires commerciaux afin d’assurer une plus forte résilience face à la volatilité des recettes pétrolières. (…).
L’organisation des CAN 2016 et 2019 constitue à n’en point douter un défi majeur du budget 2016 et des exercices à venir relativement à la mobilisation des ressources et l’exécution dans les délais des travaux d’infrastructure.
Compte tenu du contexte défavorable du secteur pétrolier où une baisse de 2,2% est prévue pour la production pétrolière en 2016, l’option a été prise pour une politique contra cyclique à travers l’accélération de l’endettement public. Toutefois, un effort fiscal supplémentaire est, par ailleurs, attendu des services d’assiette pour l’exercice prochain. A ce titre, le niveau des recettes fiscales devant servir d’objectif à ces services pour l’exercice 2016 a été revu à la hausse de 10,1% par rapport à 2015. Du côté des dépenses la réduction du niveau de certains postes de dépenses de fonctionnement permettra de dégager un espace budgétaire supplémentaire. 237online.com (…) La maitrise du fichier du personnel et de la masse salariale par la mise en œuvre du SIGIPES II est envisagée en 2016. Ce système d’information intégré qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme de nos finances publiques, va permettre une meilleure gestion du personnel de l’Etat dans ses trois composantes à savoir les recrutements, les affectations (poste de travail) et les dépenses (soldes).De manière générale, la soutenabilité de la masse salariale fera l’objet d’un suivi étroit afin d’assurer entre autres l’adéquation entre le niveau des dépenses liées à la prise en charge des pensionnés et celui des cotisations aux caisses de retraite se poursuit. (…) Malgré l’augmentation que connait l’enveloppe budgétaire 2016, de nombreuses contraintes aussi importantes les unes que les autres, n’auront certainement pas permis de revoir de manière conséquente les enveloppes des départements ministériels à la hausse.
Ce qui naturellement interpelle les qualités de gestionnaire de chaque ordonnateur pour une utilisation judicieuse et rationnelle des ressources disponibles. Nous voulons croire dans un contexte de rareté de la ressource que seule une bonne planification nous permettrait à terme de mettre en œuvre de manière satisfaisante les différentes.

Parfait N Siki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *