Cameroun – Consommation : les prix de la semaine au marché

marché Sandaga

Le Jour a sillonné les marchés de la capitale pour constater une légère baisse des prix de denrées alimentaires.

Le poisson redevient abordable

Les prix du kilo du maquereau, le poisson que les cuisinières affectionnent particulièrement connaissent une variation sur le marché. « Il y a près d’un mois, le kilo s’élevait à 1750 Fcfa, dans d’autres poissonneries 1800 Fcfa », affirme Arlette, une consommatrice. Cette semaine, les consommatrices poussent un ouf de soulagement. Le kilo de leur poisson adoré est vendu de 1450Fcfa à 1500 Fcfa. Le prix du kilo de bar corvina s’élève à 1350 Fcfa et celui de la morue à 1150Fcfa. Le prix du kilo du mulet est passé à la hausse. De 850Fcfa il est actuellement accessible à 950 Fcfa le Kilo. Sur les raisons de son augmentation, une vendeuse rencontrée à la poissonnerie la liberté sis au marché Mendong explique : « le mulet était un nouveau poisson sur le marché et les ménagères ne le connaissaient pas, il a été tellement sollicité ces derniers temps ce qui a provoqué l’élévation de son prix». On constate néanmoins que, lorsque le poisson n’est pas de très bonne qualité ou n’est pas très frais, le prix de son kilo connait une baisse.

100 Fcfa le tas de piment

Utilisé pour rajouter un peu plus de saveur à certains menus, le piment en fonction des saisons peut être aussi rare qu’abondant sur le marché. En cette période le fruit qui pique foisonne sur le marché. Actuellement, l’on ne peut dénombrer les fruits contenus dans un tas à 100fcfa. Pourtant, il y a deux semaines, les grossistes du marché du Mfoundi surenchérissaient le prix du sac du piment d’où sa rareté dans les marchés, précise une revendeuse. Cette surenchère était due aux caprices du changement climatique selon une grossiste. Ainsi dit-elle, avant le sac de 50kg coûtait 35000fcfa, or actuellement, il est possible de se le procurer au prix de 7000fcfa.

Tomate, les prix grimpent

Le prix de la tomate a grimpé. Le prix du cageot de tomate actuellement, est compris entre 7000 à 9000fcfa. Il y a environ deux semaines, on pouvait s’en procurer à 5500, voire 6000f. Chez les détaillants, ce jeudi, l’on constate que la tomate de 100f équivaut à quatre petits fruits. Les seaux de 2.5l et 5l sont laissés respectivement au prix de 1800 et 3000f. Il n’y a ni abondance ni pénurie de tomates sur le marché. Un vendeur à l’étalage confie que la tomate n’a ni de saison fixe ni de prix fixe. On peut se lever un matin et trouver que le prix du cageot a chuté à 2000fcfa.

Des légumes pour toutes les bourses

Le légume, la denrée alimentaire très prisée pour ses nombreuses vertus dans les ménages est en cette période, à la portée de tous. A 250, 300 ou encore 500 Fcfa, l’on peut s’offrir un paquet de « Zom » ou de « Kpwem ». En quête de légumes frais, les consommatrices se lèvent au petit matin. Dans les brouettes, à l’étalage, sur des comptoirs, il y en a partout. Au marché du Mfoundi, Atangana-mballa ou d’Etoudi. . « Ndolè », « Nkeya », « Zom », « Folon », feuilles de gombo abondent sur les étals. Au marché Mendong et acacia les commerçants revendent, en fonction de leur gourmandise financière à 250 et 300 Fcfa.

Hilary Sipouo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *