Economie

Cameroun: Comprendre la gestion des finances militaires

Constituant une branche du budget national et ayant des effets sur l’économie au même titre que les autres dépenses gouvernementales, les finances militaires sont dépensées tantôt directement, tantôt indirectement, suivant un canevas bien précis.

En 2018, le Cameroun a décidé d’allouer un montant de 124,212 milliards de Fcfa selon les sources du budget de ministère de la Défense issu de la loi de finance de l’exercice 2018 promulguée par le chef de l’Etat. Cependant, l’analyse des dépenses militaires ramène souvent à traiter des aspects stratégiques, politiques et sécuritaires. Le volet économique n’y est pas relevé de prime à bord. En effet, le caractère délicat du sujet en fait une pente critique où très peu d’économistes s’engagent. Les informations qui y ont trait sont, la plupart du temps, classées dans ce registre du « secret défense ».

Pourtant, les dépenses militaires constituent une branche du budget national et a des effets sur l’économie au même titre que les autres dépenses gouvernementales. De manière générale, les dépenses militaires comprennent entre autres, les dépenses directes : dont le but est principalement d’assurer les frais de fonctionnement des forces armées ; leur équipement en produits de haute technologie dans le domaine de la défense ; l’entretien des effectifs et le financement des programmes de recherche militaire. Mais comprennent également les dépenses indirects, ainsi dénommées car n’étant pas liées directement à l’entretien du potentiel du combat, mais qui en influencent la formation. « Il s’agit des dépenses de remboursement de la dette, les frais des opérations humanitaires et la réparation des dommages de la guerre, les indemnités versées aux familles des militaires morts au cours des opérations de maintien de la paix », indique une source interne de l’armée.

Lire aussi
Frais de douane via téléphone : Louis Paul Motaze et Minette Libong Li Likeng défient Paul Biya

Et enfin parmi ces dépenses militaires, on a aussi les dépenses cachées de défense, qui sont liées aux programmes des organisations civiles étant en relation avec les programmes de sécurité et de défenses ; les dépenses de projets d’infrastructure, le choix des fournisseurs de l’armée par le système des commandes publiques. Cette structure des dépenses militaires est globale. On comprend néanmoins que les dépenses militaires sont une évaluation des sommes attribuées par le gouvernement à des fins militaires, même si toutes les dépenses publiques concourant à l’effort de défense ne sont nécessairement pas inscrites au budget de l’Etat.

Axel ABANDA (Stg)

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page