Cameroun – Commémoration : Les Batangas de Kribi préparent le «Mayi»

Cette fête marquant le retour de l’évacuation du Sud-ouest célèbrera son centenaire le 9 mai prochain.
Les 14 février et 9 mai 2016 marquent le centenaire du retour de l’exil forcé du peuple batanga. Dans cette perspective, une conférence de presse a été donnée le 6 février dernier à Kribi, dans le département de l’Océan (Sud), par le chef supérieur du groupement Batanga Lohovè, par ailleurs président du comité d’organisation du centenaire du «Mayi», encore appelée «fête du retour». A cette occasion, Michel Mahouvè III était entouré de ses principaux notables et membres du comité d’organisation de cet événement. Cette commémoration doit être le ferment de la remobilisation des Batangas autour des thèmes de la fraternité et de l’attachement à leur terroir pour que leur vie soit essentiellement bâtie autour de leur histoire, leur culture et leur peuple, ont déclaré les organisateurs.
Ils entendent donc faire de la commémoration du centenaire du «Mayi» un puissant instrument de rayonnement de ce peuple côtier et de la ville de Kribi. Le vœu des dignitaires est que ce centenaire fasse voguer la barque au-delà de l’horizon étroit de la tragique histoire des Batangas. L’origine de cette commémoration est le retour de la déportation des Batangas de la région du Sud-ouest, notamment des flancs du Mont Cameroun les 14 février et 9 mai 1916. Cet exil involontaire a eu lieu pendant la première guerre mondiale. Selon les notables batangas de Kribi, cette évacuation s’est révélée être un concentré de souffrances en tous genres.

Souffrances
Des souffrances qui, d’après eux, ont laissé des blessures qui peinent à cicatriser. Et le retour sur les terres natales, par vagues successives il y a cent ans, a été vécu comme une véritable renaissance. Ainsi, tout Batanga, où qu’il se trouve à travers le monde, commémore à sa manière ce retour en se jetant dans l’eau. «Cent ans déjà ! Cela se fête dignement, avec faste et éclat. C’est ce que nous entendons faire au mois de mai 2016 à Kribi», a confié le président du comité d’organisation du centenaire du «Mayi», Michel Mahouvè III. Cette célébration se situera, comme par hasard, à la fin d’une décade mémorielle ouverte en 2006 pour la ville de Kribi et ce peuple côtier, couple inextricablement lié. 237online.com D’abord, le centenaire en 2006 du phare de Kribi, lieu où s’est effectuée l’évacuation des populations batangas vers l’ex-Cameroun occidental. Ensuite, le 8 août 2014, date qui a marqué le centenaire de l’exécution de Wihelm Madola, roi des Batangas. Puis, le 27 février 2015, jour où a été commémoré le centenaire de l’évacuation du peuple batanga sur les hauteurs de la ville de Buea. Enfin, les 14 février et 9 mai 2016 pour célébrer le centenaire du retour de l’exil involontaire.

Jacques Eric Andjick

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *