Cameroun : Charles Ndongo serait pressenti pour remplacer Amadou Vamoulk�©

A l??issue de l??inventaire de base de la Crtv préconisé par le conseil d??administration du 18 juillet dernier, l??actuel directeur général de l??office national de radio et de télévision pourrait être démis.
Les rumeurs les plus folles alimentent les couloirs de la tour d??aluminium de Mballa II depuis le déclenchement de ce que beaucoup appellent, le compte à rebours du départ de Charles Pythagore Ndongo, journaliste émérite et Directeur de l??information télé, à la retraite. Même si certaines indiscrétions l??annoncent dans les services du Secrétariat général de la présidence de la République comme chargé des missions.

Le présentateur vedette du journal télévisé des années 1985, pourrait bientôt se voir confier les rênes de l??Office nationale de radio et de télévision. Déjà en 2009, dans une note confidentielle adressée par l??ex-ministre de la Communication, Pierre Biyiti bi Essam au président de la République en guise de proposition de nomination pour le poste de Directeur général, de la Cameroon radio and télévision (Crtv), Charles Ndongo figurait en pôle position dans la shot list opéré par l??ancien Président du Conseil d??administration de l??office, aux côtés de Paul Célestin Ndembiyembé et Albert Mbida pour succéder à l??actuel titulaire du poste.
Mais nous dit-on, c??est à la faveur du contexte sociopolitique, caractérisé par les échéances électorales d??octobre 2011, que Paul Biya s??était gardé de limoger Amadou Vamoulké, faisant par voie de conséquence fi aux notes de renseignements incendiaires émanant de la Direction générale de la recherche extérieure (Dgre), lesquels présentaient sans ambigüité l??intéressé comme un factotum du G11, ministre d??un éventuel futur gouvernement de transition bref, un homme foncièrement dangereux. Alors qu??il est évidemment difficile de vérifier, voire de contrarier les notes confidentielles émanant de ces services spécialisés, il est aujourd??hui évident que la gestion alambiquée et à l??emporte-caisse du Dg, Amadou Vamoulké accusé de népotisme, de favoritisme, de segmentation des marchés, d??introduction de prête-noms parmi les fournisseurs, le tout en l??absence d??un commissaire-aux-comptes, pourrait servir d??alibi à un éventuel limogeage.
Le Dg en sursis??
En sus, un récent rapport de la Dgre commandé par la présidence de la République illustre sa proximité supposée avec certains pontes du régime actuellement en détention, dans le cadre de l??opération Epervier. Ces détracteurs ne manquent pas de rappeler que c??est Jean-Marie Atangana Mebara, alors Sgpr qu??il avait été proposé au poste de DG. Aussi, dans le même sillage, Amadou Vamoulké est présenté comme un pion ayant des connexions plus ou moins établis avec certains membres déchus de la nomenklatura, au premier rang desquels l??on cite de façon récurrente le très controversé Marafa Hamidou Yaya?? De ce fait, loin d??être anodin, le rejet du rapport financier d??Amadou Vamoulké lors de la 35ème session ordinaire du Conseil d??administration, le 02 juin dernier, après celui du 04 juillet 2008, sonne comme un véritable coup de semonce. D??ailleurs, sans lui accorder un quitus sur sa gestion comme c??est généralement le cas, en des termes à peine voilés, le communiqué final dudit organe réunit le 18 juillet dernier somme clairement le Dg de revoir son management, en l??arrimant aux canons modernes.
«A l??issue des débats, le Conseil a adopté les comptes clos du 31 décembre 2011 et prescrit à la Direction générale d??observer scrupuleusement les usages et procédure en vigueur dans la préparation des documents, d??entamer d??urgence les diligences à l??effet de procéder à l??inventaire de base de la Crtv, de disposer d??un commissaire aux comptes conformément à la réglementation en vigueur», recommandait le Conseil d??administration. Plus grave, il élude adroitement l??un des points focaux ou ordre du jour, relatif à l??examen des états financiers et du compte rendu des audits de la Cameroon Marketing and communication Agency.
De ce point de vue, la validation au forceps et pour la forme des comptes présentés par Vamoulké apparaît comme un sursis à lui accordée. Entretemps, on nous confirme que des fins limiers de la Commission nationale anti-corruption (Conac) et de l??Agence nationale pour l??investigation financière (Anif) seraient entrain de passer au peigne fin tous les documents comptables de l??office. A l??heure où des chamboulements d??envergure se préparent à la Crtv, avec les départs successifs à la retraite de l??actuel Chef de division des reportages spéciaux Michel Ndjock Abanda, et celui du Directeur de l??information radio Alain Belibi, les langues se délient de plus en plus au sein de l??office pour parler de l??après Vamoulké. Wait and see !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *