Cameroun: Catastrophe managériale au Minpostel - 237online.com
Politique

Cameroun: Catastrophe managériale au Minpostel

Depuis le remaniement ministériel du 04 janvier 2019, ce département ministériel est plongé dans l’inertie.

Alors que le président Paul Biya a placé son mandat sous le signe des « grandes opportunités », certains départements ministériels font tout pour pousser les Camerounais à la révolte. C’est le cas du ministère des Postes et Télécommunications (Minpostel). Rien ne bourge au sein de ce département ministériel. Aucun résultat concret produit au fil des mois, en dehors de la nomination de l’installation des services centraux et déconcentrés de son ministère. Selon des sources concordantes au sein de cette institution, le projet des télécommunications d’urgence a été bloqué par l’actuel management « qui ne comprend rien du secteur des P et T ».

Les personnels citent aussi le projet des Télécentres communautaires lancés par le prédécesseur de Minette Libom Li Likeng, qui a été torpillés par la nouvelle équipe. « Où en est-on avec la réforme de la poste », s’interroge un directeur central au ministère des postes et télécommunications, qui a requis l’anonymat. Et de répondre, « depuis l’arrivée de Libom Li Likeng, le secteur des Postes et Télécommunications se porte très mal. La gestion du ministère a été confiée au Dag et à l’un des conseillers techniques. Le ministre ne comprend rien du secteur. La Campost est dans l’agonie. Rien ne va à la Camtel en dehors des batailles de positionnements. L’Ecole nationale supérieure des postes, télécommunications et des technologies de l’information et de la communication (SUP’PTIC) se meurt. Le nouveau manager de cette école n’est pas à la hauteur de la tâche. il a rabaissé le niveau de cette auguste institution qui n’attire plus du beau monde comme par le passé». L’incompétence de l’ancienne directrice générale de la Douane Camerounaise suscite des inquiétudes au-delà des services centraux du ministère. Les réactions sont affolantes. Beaucoup restent convaincus qu’avec elle au Minpostel , la projection du Cameroun vers l’émergence à l’horizon 2035 est une fiction. Ce d’autant plus que depuis sa nomination, ce ministère a renoué avec une mauvaise renommée.

Services déconcentrés

A la Camtel, le personnel garde dent contre l’actuelle Minpostel. « A cause de Libom Li Likeng, le Cameroun a failli perdre l’organisation de la Can féminine –Cameroun 2016 .C’est à la veille de l’ouverture de la compétition, qu’on a installé les fibres optiques pour la retransmission en direct de l’événement avec ralenti. La CAF menaçait de nous retirer la compétition à moins de 24 heures de l’ouverture si on ne parvenait pas à résoudre le problème. Heureusement qu’il y avait encore le matériel que Camtel avait acheté pour les travaux à l’Université de Yaoundé I. Concernant la Can 2019 que le Cameroun devait organiser, l’actuelle Minpostel n’a jamais signé le contrat de télécommunications. C’est d’ailleurs l’une des causes majeures du retrait de l’organisation de cette compétition au Cameroun », se disent certains. Rendu dans les locaux de SUP’PTIC au quartier Cradat à Yaoundé, certains présentent le Minpostel comme une catastrophe managériale, même si quelques personnels proches de l’administration estiment qu’ils doivent aider leur tutelle technique à avoir un résultat positif. « A cause d’elle, le personnel que le nouveau directeur a recruté est sans salaire depuis un an. De graves turbulences sociales y sont annoncées si rien n’est fait. C’est aussi à cause du Minpostel que le chantier de construction du plus grand amphi de cette école a été arrêté. Elle a refusé de payer l’entrepreneur du marché .C’est une honte alors que plus de cinq membres du gouvernement étaient là lors de la cérémonie officielle de pose de la première pierre de cet amphi», martèle une source administrative, visiblement en colère contre sa tutelle.

Et d’ajouter, « les travaux de construction d’un centre de développement des compétences en fibre optique sur financement de la Banque africaine de développement ont été bloqués, nonobstant la disponibilité du crédit. Depuis la publication du décret signé le 26 octobre 2016 qui prend en compte le volet Tic dans la formation à Sup’ptic, le volet technologie de l’information et de la communication n’est pas pris en compte jusqu’aujourd’hui. Mais Sup’ptic a plutôt considérablement perdu le prestige dont elle jouissait ».

Parlant toujours du Minpostel, les Camerounais ont une mauvaise perception de son travail. Ils frappent sur son bilan qu’ils jugent peu reluisant, critiquent son absence sur le terrain. En clair, ses casseroles déteignent sur la popularité de Paul Biya. Alors qu’elle était très attendue sur le chantier de la régulation des télécommunications et à rendre fluide la communication au Cameroun au lendemain de sa promotion au sein du gouvernement, les derniers rapports de l’audit sur la qualité de services électroniques au Cameroun relèvent d’ailleurs « une dégradation continue de la qualité de services chez tous les opérateurs due au non respect de leurs cahiers de charges et à la faiblesse du régulateur ».

Le tout dernier rapport avait même ému une population qui depuis plus d’une quinzaine d’années, n’attendait plus que les arguments techniques d’un cabinet, pour se convaincre de toute la filouterie, vol et autres dont elle s’est toujours dit victime de la part des entreprises de télécommunications exerçant au Cameroun. La patronne des P et T avait alors donné six mois aux opérateurs pour se conformer. Sauf que, aucun opérateur n’a amélioré son offre de service à ce jour. Les abonnés ne jouissent toujours pas d’un réseau internet fluide, et d’une qualité de téléphonie mobile dignes des 3 ,4 …G dont les uns et les autres se disputent la primauté.

A l’heure où nous sommes, le ministère des postes et télécommunications, est pris dans un cercle vicieux dont l’actuel ministre se relève incapable de l’en sortir. Le personnel ne voit plus aucune issue, ne croit plus que l’actuel minpostel que le président Paul Biya a nommé, soit encore à mesure de remettre ce ministère au travail, notamment à travers la promotion de l’économie numérique dont on n’entend plus parlée. Contactés par nos soins, certains proches de l’actuel ministre des postes et télécommunications, ont indiqué que « la Ministre est au travail. Vous pouvez peut-être nous reprocher le fait que nos activités ne soient plus beaucoup médiatisés depuis un certains temps. Mais ici, on travaille, malgré l’état de santé de notre patronne ».

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer