Cameroun-Canada: Vers un partenariat entre la BSTP et STIQ du Canada

Les responsables de la Bourse de sous-traitance et de partenariat du Cameroun (BSTP) et de Sous-traitance industrielle du Québec au Canada (STIQ) ont jeté les bases de cette collaboration en marge de la Mission économique Cameroun-Canada tenu à Montréal du 17 au 21 juin dernier.

La bourse de Sous-traitance et de Partenariat du Cameroun (BSTP) qui participait pour la deuxième fois d’affilée à la Mission économique Cameroun-Canada tenue à Montréal du 17 au 21 juin dernier en est rentrée satisfaite. L’institution a profité de ce séjour pour rencontrer Sous-traitance industrielle du Québec (STIQ), une institution chargée de la mise en relation entre les Donneurs d’ordre et les PME dans cet Etat du Canada.
Fondée en 1987, STIQ est une association multisectorielle d’entreprises québécoises qui a pour mission d’améliorer la compétitivité des chaines d’approvisionnement manufacturières afin de favoriser l’essor de l’économie canadienne. L’institution qui joue ainsi le même rôle que la BSTP au Canada réalise avec succès depuis sa création, des projets avec différents intervenants œuvrant pour le développement des chaines d’approvisionnements québécoises. Des objectifs atteints grâce à sa forte expertise, à sa connaissance des PME manufacturières et des besoins des donneurs d’ordres du Canada.

Mettre ces atouts au bénéfice des PME/PMI camerounaises

C’est bien dans l’optique de faire bénéficier de ce savoir-faire canadien aux PME/PMI et à l’économie camerounaise que la BSTP a engagé des échanges en vue d’un partenariat avec STIQ. Les axes de collaboration intègrent plusieurs points dont la finalité sera le développement de la compétitivité des PME/PMI camerounaises dans des domaines divers. La BSTP entend faire bénéficier de la forte expertise de STIQ dans le développement des entreprises manufacturières pour booster ce secteur au Cameroun. Il en est de même dans le renforcement des capacités des PME/PMI à plusieurs niveaux, voire la mise en place d’un mécanisme pérenne d’amélioration continue.

STIQ devra dans le même ordre mobiliser les entreprises canadiennes à prendre des actions dans les PME camerounaises et ainsi constituer si l’occasion le permet des joint-ventures. La BSTP mise également sur les possibilités de transfert de technologie et le renforcement par STIQ des capacités des membres de son institution à travers des stages d’imprégnation ou encore grâce à l’échange des outils.

Interview

Evariste Yameni, Directeur de la BSTP : STIQ pourrait contribuer à rendre l’économie de notre pays et nos PME/PMI plus compétitives.

Evariste Yameni, Directeur de la BSTP

La BSTP a participé du 17 au 21 juin dernier à une Mission de Prospection Économique au Canada, quelles étaient les motivations de ce voyage ?

Notre institution a effectivement participé à cet évènement et conduisait pour la circonstance une délégation de PME camerounaises membres de la BSTP. La mission était par ailleurs coordonnée par Mme Marie Chantal Ndjepang, Secrétaire Générale du Ministère des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (MINPMEESA) et Présidente du Comité d’Orientation de la BSTP. Une présence qui témoignait de l’onction du gouvernement qui pense que de telles missions sont bénéfiques pour le développement du tissu industriel de notre pays. Nous y sommes allés globalement pour visiter des entreprises du Québec, explorer des opportunités d’affaires et négocier des partenariats bénéfiques pour le Cameroun et nos PME. C’est l’occasion pour moi de saluer le travail de préparation effectué par la firme canadienne AfriExperts International qui, dépuis la première édition, co-organise la Mission avec la BSTP.

Peut-on connaître des retombées de cette mission ?

Voyez-vous, les retombées se situent généralement sur le court, le moyen ou le long terme. Nous ne revenons pas d’une foire où on serait allé vendre des produits pour vous indiquer ici le chiffre d’affaire réalisé. Il faut simplement retenir que les principales articulations de cette mission qui étaient les Visites d’entreprises et d’institutions du Québec, les rencontres d’affaires et négociation des partenariats mutuellement bénéfiques entre les PME du Cameroun et celles du Québec ont été couronnées de succès. Les négociations vont continuer afin d’aboutir à des contrats palpables. Pour le moment, la BSTP tout comme les PME/PMI qui ont fait le déplacement du Canada ont obtenu des accords de principes avec de nombreuses entreprises, institutions et potentiels partenaires canadiens. Nombreux sont ces partenaires canadiens qui ont d’ailleurs promis de se rendre au Cameroun dans les prochains mois pour finaliser les négociations amorcées. Permettez- moi de citer PT Management Corporation, une institution canadienne spécialisée dans le financement, les consultations en financement, la conception et la réalisation des projets entre autres, qui a manifesté son engagement à mobiliser des fonds pour des grands projets au Cameroun et le financement des PME. Cette structure est même déjà en pourparlers avec la banque des PME dans ce sens.

Pour ce qui est de la BSTP, vous avez annoncé un partenariat en vue avec STIQ ?, une institution canadienne qui évoluerait dans le même secteur d’activité que vous. Que devons-nous retenir de ce projet ?

Avant même de partir du Cameroun, nous étions attendus par Sous-traitance Industrielle du Québec (STIQ), une institution qui a pour cœur de métier le maillage ou encore la mise en relation entre les Donneurs d’Ordre et les PME comme la BSTP. Cette institution était autant intéressée que nous, par un échange d’informations entre nos deux structures et le partage d’expériences. Y étant, nous avons rencontré et échangé avec le top management de cette institution et exploré les axes de collaboration que nous comptons matérialiser dans les prochains mois par une convention.
Ces axes intègrent plusieurs points dont la finalité sera le développement de la compétitivité des PME/PMI camerounaises. Un axe concerne le développement des entreprises manufacturières du Cameroun en s’appuyant sur la forte expertise de STIQ dans ce domaine. Le renforcement des capacités des PME/PMI camerounaises à plusieurs niveaux et la mise en place d’un mécanisme pérenne d’amélioration continue. Nous allons également compter sur STIQ pour mobiliser les entreprises canadiennes à prendre des actions dans les PME camerounaises et favoriser des joint-ventures. La BSTP mise également sur les possibilités de transfert de technologie et le renforcement par la STIQ des capacités des membres de son institution à travers des stages d’imprégnation et l’échange des outils à l’instar de l’outil benchmarking.

Un dernier mot ?

Je voudrai remercier toutes les personnes qui se sont impliquées dans les préparatifs de cette Mission. La chaleur de l’accueil que nous avons reçu de la part des canadiens, et l’intérêt qu’ils ont montré pour les projets portés par les PME et PMI camerounaises sont des indicateurs que cette deuxième édition de la Mission de prospection économique Cameroun-Canada était un véritable succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *