Politique

Cameroun – Can Total Energies 2021 : La marche de Jean Michel Nintcheu interdite

Les sous-préfets des arrondissements de Douala 1er, 3ème et 5ème viennent d’interdire la marche du 8 janvier annoncée par le député du Sdf.

Ils évoquent des risques de trouble à l’ordre public, à la veille de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) dont le coup d’envoi sera donné le dimanche 9 janvier 2022. Le sous-préfet n’a pas dérogé à la règle. C’est le contraire qui aurait surpris. Fidèle à la logique d’interdiction des manifestions des partis politiques de l’opposition sur le territoire national, Anuafor Cletus Assongwe a interdit la déclaration de manifestation du leader du Sdf dans le Littoral. Il a motivé sa décision en évoquant « la menace grave de trouble à l’ordre public ». Dans la formulation de cette interdiction, on comprend que le sous-préfet est suspicieux des intentions réelles de Nintcheu. En convoquant cette marche à la veille de la Can 2021Total Énergies, le sous-préfet craint de ce que l’indomptable député pourrait profiter de la tribune offerte pour soulever tout son arrondissement. Ses prises de position sont connues et le pouvoir le redoute certainement dans la rue.

En rappel, cette annonce de manifestation publique intervient quelques jours après la condamnation de 47 militants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), issus des « marches pacifiques » du 22 septembre 2020, à des peines de prison, dont Alain Fogué, trésorier national du parti, Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto et Awasum Mispa, présidente des femmes du parti à 7 ans de prison. Ils étaient poursuivis pour « rébellion » et « tentatives d’insurrection ». On se souvient que l’honorable Jean Michel Nintcheu a publié avant l’annonce de manifestation, un communiqué pour condamner les décisions de justice à l’encontre des militants du MRC, ainsi que l’Afp de Cyrille Sam Mbaka et l’Upc-Manidem.

Léopold DASSI NDJIDJOU / 237online.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page