CORONAVIRUS AU CAMEROON
Confirmés
6585
Actifs
2709
Guéris
3676
Décès
200
Source : MINSANTE Cameroun -
Mise à jour : 3 juin 2020
Lifestyle

Cameroun – Beauté et parures: La ruée des musulmanes vers le « henné »

A quatre jours de la fin du jeûne de Ramadan, des femmes musulmanes se rendent chez des maquilleuses pour se faire belle.

Amina, jeune femme musulmane est entrain de se faire dessiner les mains par une maquilleuse au quartier Briqueterie, dans l’arrondissement de Yaoundé II. Assise sur la moquette, Ramatou, la dessinatrice réalise le modèle de sa cliente. Pour le faire, elle utilise du vernis naturel, vulgairement appelé « vernis haoussa » question de la rendre belle pour la fête du Ramadan qui se célèbre samedi 23 mai. Connu sous l’appellation, du « henné », ces dessins très prisés durant les célébrations joyeuses à l’instar des mariages, la fête du Ramadan et du Mouton permettent aux maquilleuses de se frotter les mains en cette période de coronavirus. Dans ce quartier populaire de la ville de Yaoundé, fief de cette activité, quelques femmes sont assises sur des tabourets et attendent leur tour. « Je suis ici depuis 6h30minutes, j’attends mon tour, peu importe l’heure. En plus, je préfère me maquiller aujourd’hui pour éviter la bousculade de dernières minutes », déclare Nandji, une cliente.

Dans ces maisons transformées en salon de maquillage, les prix varient entre 2000 et 10.000Fcfa pour les adultes et 1500Fcfa pour les enfants. Ramatou, l’une des dessinatrices déclare utiliser des produits tels que du vernis naturel et le « sipa » dont la durée est généralement de 2 à 3 semaines pour la réalisation de ses modèles. « Je réalise ces dessins à partir des pinceaux que je plonge soit dans le vernis naturel ou le « sipa ». Mais le produit le plus efficace est le vernis naturel pour sa durée et sans substance toxique. Ces modèles symbolisent généralement le statut matrimonial et le comportement d’une femme. Toutefois, à chaque célébration joyeuse est destiné un modèle précis. Les parties du corps où se font ses dessins sont les mains, les doigts, les pieds et les plantes de pieds et sur le dos », a affirmé Ramatou, l’une des maquilleuses.

Près d’elle, Aissatou, maquilleuse également est en plein travail sur une fillette de six ans. « Comme vous le voyez, j’ai commencé à dessiner sur les mains, ensuite je vais terminer par les pieds. Pour réaliser son dessin, j’ai utilisé du vernis naturel question de ne pas abimer sa peau. Un dessin pareil coûte 2000 Fcfa. Pour m’approvisionner, je me rends au marché Mokolo pour acheter en grande quantité le Sipa et parfois le vernis naturel que je compose et le met dans un plastique ou un bol pour faciliter le travail. Toutefois, ces dessins ne sont pas uniquement réservés aux femmes musulmanes….», déclare Aissatou.

Phanie ENYEGUE (Stg)

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer