Cameroun – Bafoussam: Une fillette de 4 ans décapitée et ses organes se**x*uels emportés

Bafoussam capitale regionale de l'Ouest

La scène s’est déroulée au quartier 6 à Tyo-Ville dans l’arrondissement de Bafoussam 2ème la fin de semaine dernière.
Une autre affaire de crime rituel qui relance la psychose auprès des paisibles populations de la cité.
Les habitants du quartier Tyo-ville à Bafoussam sont dans le désarroi total après un acte tragique qui vient d’endeuiller leur quartier. A l’origine de cette affaire, un autre cas de crime rituel commis sur la personne de Mawouétchuent Christelle âgée de quatre ans, élève de grande section dans une école maternelle de la place.
Elle a été enlevée dans le domicile familial samedi dernier alors quelle était malade, c’est très tard dans la soirée que le corps sans vie a été retrouvé non loin de la maison familiale. Un choc qui n’a pas laissé indifférents la mère de l’enfant Matchewong Mirelle :  » j’ai laissé les enfants pour aller voir ma voisine et lui demander si elle pouvait me coiffer. Je n’ai même pas fait trente minutes là-bas. Au retour, c’est un petit enfant qui me dit,  » Christelle est partie, mais je ne sais où  » et je savais bien qu’elle est couché au lit parce que malade, c’est alors que je commence à m’inquiéter, j’ai donc commencé à fouiller dans tout le quartier et vers 23 heures, alors que mes voisins et moi continuons la fouille à l’aide des lampes torches, nous avons vu le corps, le chef du quartier a été informé et il a appelé la police « . L’auteur de cet acte barbare selon les témoignages serait un jeune homme de passage dans le quartier. Aussitôt informées, les forces de maintien de l’ordre ont effectué une descente sur le terrain et après le constat, le corps de la petite Christelle a été déposée à la moque de l’hôpital région de Bafoussam. Une autre mort qui sème la panique dans le quartier surtout qu’il y a de cela sept ans le corps d’une jeune fille avait été retrouvé pratiquement au même endroit.
Une triste affaire qui avait fait les choux gras dans la ville de Bafoussam, donnant lieu à une enquête qui avait abouti à des interpellations de suspects qui avaient été jugés et condamnés pour certains à être exécutés.
Preuve que ces affaires de crimes rituels sont assez cycliques à Bafoussam, quelques années plus tard, un patriarche de la ville, le chef Tenékam est mis aux arrêts pour les mêmes causes de crime rituel au quartier Kouogouo. Il est depuis lors détenu à la prison centrale de Bafoussam en attendant de repondre devant la justice des faits qui lui sont reprochés. Il faut dire lorsque nous quittions les lieux, la division régionale de la police judicaire de l’ouest et le procureur de la république près des tribunaux de Bafoussam étaient attendus sur les lieux.

ALERTE SUR TYO !
Au-delà de cette énième tragédie, c’est le lieu de rappeler que le quartier Tyo où est survenu ce drame, reste l’un des quartiers les plus dangereux de Bafoussam. Populeux et très enclavé, la promiscuité qu’on y vit favorise bien de choses. Dans ce quartier, il ne passe pas de nuit ou de jour, sans qu’on enregistre un cas de vol, viol ou encore d’enlèvement. Il y a de cela deux mois un gang de 16 malfrats avait été mis hors d’état de nuire par les éléments de la division de la police judicaire de l’oust. Les responsables du quartier (chefs de secteurs et blocs) reconnaissent qu’il est dangereux de circuler dans ce quartier dit Tyo-ville 6 la nuit tombée. Le cimetière qui longe la barrière de l’hôpital régional de Bafoussam est devenu le lieu par excellence des fumeurs de chanvre indien et autres stupéfiants dont l’ivresse justifie la plupart des actes barbares de ceux qui sont sous son emprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *