Cameroun – Au tribunal: Yves Michel Fotso victime d’un malaise devant la barre

En pleine audience sur sa gestion de la défunte Camair, l’ancien Adg contraint le tribunal à un renvoi du fait de son état de santé.[pagebreak]«Monsieur le président, je ne me sens pas bien…». Ces mots sont de Yves Michel Fotso, qui, s’adressant à la collégialité des juges hier, signifie son état de santé précaire. Ceci deux heures après le début de l’audience en rapport avec l’affaire Camair. «Je l’avais déjà remarqué Monsieur Fotso. Je vous ai vu somnoler et j’en ai parlé à mes collègues», lui rétorque le président du tribunal, M. Moukoury.
Tout a pourtant bien commencé (ou presque) hier au Tribunal criminel spécial (Tcs). Le procès dont le début était prévu à 9h accusera un léger retard. Lorsque la collégialité fait son entrée en salle d’audience à 10h10mn, son président, dans une courtoisie rare en ce lieu austère tient à présenter ses excuses à l’assistance, avant d’ouvrir la séance.
Le procès voit à son entame, une exception soulevée par les avocats de la défense, conduits par Me Ashet. Le conseil de M. Fotso évoque un protocole transactionnel signé entre les parties en contentieux, visant à permettre à son client, le paiement des sommes à lui imputer. Les premiers versements ont déjà été effectués, soutient-il. Ce qui, par conséquent, de l’avis de la défense, devrait immédiatement mettre fin aux poursuites de la partie civile vis-à-vis de l’ancien Administrateur directeur général (Adg) de la Camair.
L’article 62 du code de procédure pénale invoqué ici est contesté, dans son interprétation, par le procureur général et les avocats de la partie civile. Lesquels, à leur tour, mettent en avant une mauvaise interprétation de cette disposition de la loi. Le président Moukoury tranche alors, en autorisant l’ouverture de l’audition du témoin de l’accusation, Emile Christian Bekolo Ebanda, directeur général du Cabinet Bekolo and partners, liquidateur de la Camair.

Expertise comptable
De cette audition, si l’on s’en tient aux questions du ministère public, il ressort qu’il est reproché à Yves Michel Fotso le détournement de 5.848.316.370 Fcfa et 26.600.000.000 Fcfa (la procédure a été disjointe et à ces sommes doivent être ajoutés environ 17 milliards Fcfa de la seconde ordonnance de renvoi), sommes d’argent appartenant à la Camair en liquidation. Des motifs qui justifient sa présence devant le Tribunal criminel spécial.
L’expertise comptable réalisée par le cabinet Bekolo and partners a aussi relevé des mouvements irréguliers de fonds entre le compte de la Commercial Bank Cameroun (Cbc), logé à Bnp Paris, et les comptes de la Camair logés à la Cbc Douala. En outre, il est reproché à l’homme d’affaires sa qualité d’ayant-droit dans la quasi-totalité des entreprises avec lesquelles la Camair a signé des contrats d’achat et de location d’avion. Notamment, Aircraft Incident Recovery, Rothwell, Gia et Avipro-finance. De même qu’une gestion opaque des fonds provenant de l’assurance après l’accident du Boeing 747, survenu à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, le 05 novembre 2000.
Au moment où survient le malaise de l’ancien Adg hier, le témoin de l’accusation, Bekolo Ebanda était encore en train de répondre au ministère public. Le constat établi par le président de la collégialité (le malaise de Yves Michel Fotso), après approbation de toutes les parties au procès, l’amène à renvoyer l’audience, pour continuation de l’audition du témoin, au 04 mars 2015 à 9h précises. En espérant que cette fois-là, l’état de santé du principal accusé, Yves Michel Fotso (qui séjourne à intervalles réguliers à l’hôpital) ne jouera pas les « trouble-audience ».

Georges Parfait Owoundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *