Cameroun: Assassiné et dissimulé sous un matelas à Douala

Cadavre dans une morgue

La découverte macabre a été faite ce mercredi matin par les habitants du quartier Kolmitag de l’arrondissement de Douala 2ème.
Beti  Sanye, agent de sécurité à la Société Dak Security est inconsolable. Assis  à même  le sol devant le studio qu’il partageait avec son grand frère depuis plusieurs mois déjà il pleure à tue-tête.  Rentré de son boulot  très tôt ce matin,  il a découvert enfouit sous le lit,  le corps inanimé de son grand frère Kodjo alors qu’il s’apprêtait à s’en dormir. C’est l’odeur nauséabonde dégagé par ce corps qui a attiré son attention. «Je suis rentré  du travail ce matin puisque j’ai  travaillé cette nuit. Au moment de me coucher, je constate que la maison sent  mauvais. Pendant  que je cherche  ce qui sent, c’est alors que  je découvre  en soulevant le matelas, le corps de mon grand frère », raconte en sanglotant Beti Saye, sous le coup de l’émotion.
D’après  celui qui dit ne pas savoir ce qui s’est passé, il n’a pas vu son frère ainé depuis   lundi  14 mars 2016 dernier. «On était ensemble dimanche. J’ai quitté la maison dimanche dans l’après midi pour aller au travail. Depuis là, je ne l’ai pas vu. C’est ce matin que je le trouve mort », explique-t-il  abattu.
Les éléments du commissariat du 2ème arrondissement et ceux de la gendarmerie de Nkoulouloun sont descendues sur les lieux.  Après avoir fouillé la maison ils ont saisi des téléphones. Une enquête a été ouverte.
D’après  informations, le sieur Kodjo a été assassiné et dissimulé sous le lit par des personnes inconnues.  Des traces de poignards visibles sur son cou, sa tête et  la  blessure  dans sa main traduisent à suffisance  qu’il s’est battu avec  ses bourreaux.
Selon des éléments d’enquête toujours,  le jeune camerounais  d’origine Toupouri  aurait également reçu un coup sur la tête puisqu’il a saigné des oreilles. Marié et père de deux enfants, Kodjo aurait été tué  dans la nuit de dimanche à lundi. Son corps a  d’ailleurs déjà entamé son processus de décomposition.
Après  le passage des différentes autorités  administratives et judiciaires, le corps a été remis à la famille pour inhumation. Dans ce quartier populeux de la ville de Douala c’est tout le monde qui est scandalisé. « Le matin on  m’a appelé pour me dire  qu’on a poignardé quelqu’un  à la rue des pavé dans mon quartier. Par la suite on m’a fait comprendre que la personne était morte et que  sa tête avait été coupée. Quand j’arrive sous le lieu, j’appelle le sous préfet et les forces de l’ordre. C’est alors que l’on découvre  qu’il a été tué depuis la nuit de dimanche à lundi et dissimulé sur le lit», témoigne  sa majesté Tchounkeu, chef du quartier Kolmitag choqué par ce qui se passe dans son quartier.
Au moment où nous allions sous presse,  le corps de Kodjo  qui attendait d’être désinfecté  par les agents de la mairie de Douala 2ème avant son inhumation était encore  dans  la cour de ce domicile et attirait  la curiosité de la foule venue  nombreuse.

Hervé Villard Njiélé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *