Cameroun: Archidiocèse de Yaoundé Les grands chantiers qui attendent Jean Mbarga

Finances, patrimoine, nominations des curés dans l’archevêché sont autant de dossiers sur la table du nouvel archevêque.[pagebreak]Suite à un accident de la route le 27 mars 2008 sur l’axe Douala-Yaoundé, Mgr Victor Tonyè Bakot, archevêque métropolitain de l’archidiocèse de Yaoundé est évacué pour soins médicaux à Paris. C’est le déclic. Lors de son absence de quatre moins en Europe, les problèmes de la gestion financière dans l’archidiocèse de Yaoundé éclatent au grand jour. Les enseignants des écoles primaires de l’enseignement catholiques sont sans salaire depuis deux mois.

C’est à la faveur du paiement d’une tranche de la subvention accordée par l’Etat que les enseignants sont payés. C’est grâce aux différents frais d’inscriptions des élèves que leurs collègues des collèges missionnaires catholiques sont payés. La gestion financière opaque de l’archidiocèse de Yaoundé par Victor Tonyè Bakot avait même obligé certaines congrégations de l’archidiocèse de Yaoundé à entreprendre de mettre sur pied, leur propre procure. Pour la première fois,  les langues commencent à se délier. Pour essayer de mettre fin à cette « saignée » le conseil diocésain pour les affaires économiques et financières (Cdpaef) est créé avec à sa tête Gilbert Andze Tsoungui. Le nouvel organe ne fait pas long feu puisque Msg Tonyè Bakot met fin au mandat de cet organe.

Un important patrimoine
Selon une parution de l’hebdomadaire Jeune Afrique, l’archidiocèse de Yaoundé détient le second patrimoine immobilier le plus important après celui de l’Etat du Cameroun. C’est un patrimoine fait d’acquisitions des terrains depuis 1890. Le nouvel archevêque de Yaoundé devra aussi se pencher sur des problèmes ethnico-culturels de l’archidiocèse en plus de la dette colossale contractée par ses prédécesseurs. Les litiges fonciers entre l’archidiocèse de Yaoundé et les populations locales sont légions à l’instar du conflit qui l’oppose aux Emveng, une tribu locale. Jean Mbarga devra aussi régler le problème des populations riveraines qui estiment que l’archidiocèse de Yaoundé vend des terrains qui lui avaient été données gratuitement aux particuliers à des fins commerciaux. Toutes ces récriminations avaient été portées dans un mémorandum remis à Benjamin Atangana, le recteur de la basilique mineure. La tâche du nouvel archevêque de Yaoundé dont les diocèses de Bafia, Mbalmayo, Obala, Sangmelima et Kribi constituent l’archidiocèse de Yaoundé n’aura donc pas de répit.

L’archidiocèse de Yaoundé en dates
Novembre 1955 : L’abbé Paul Etoga est consacré évêque auxiliaire de Mgr Graffin, devenant ainsi le premier évêque noir d’Afrique noire.
04 juin 1961 : Mgr Paul Etoga reçoit le mandat du Saint siège pour fonder le diocèse de Mbalmayo et y est installé le 22 aout de la même année.
21 décembre 1961 : l’abbé Jean Zoua est sacré évêque à Rome et devient le premier archevêque de Yaoundé remplaçant Mgr Grafin.
20 mars 1998 : Décès de Mgr Jean Zoua.
17 juillet 1999 : Mgr Wouking alors archevêque de Bafoussam prend possession de l’archidiocèse-se de  Yaoundé.
10 novembre 2002 : Décès de Mgr  Wouking
18octobre 2003 : Mgr Victor Tonyè Bakot, alors évêque du diocèse d’Edéa change de cathédrale. Il est installé comme archevêque de l’archidiocèse de Yaoundé. Il y reste pendant presque dix ans jusqu’à sa renonciation le 29 juillet 2013.
31 octobre 2014 : Mgr Jean Mbarga est nommé cinquième  archevêque de l’archidiocèse de Yaoundé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *