Société

Cameroun : Après les enseignants, les instituteurs en grève

Dans le sérail, la situation est prise très au sérieux. Après les enseignants avec le mouvement OTS, voici les instituteurs avec leur entité de ralliement TCT ( trop c’est trop).

Plusieurs écoles du Cameroun ont fonctionné en mode ralentie depuis hier lundi 14 Mars. Réunis autour du mouvement TCT, les instituteurs ont égrené un chapelet de revendications et n’entendent pas reprendre la craie tant que le gouvernement n’a pas réagi favorablement.

L’on s’achemine donc vers un arrêt complet des activités éducatives au Cameroun. Et le spectre d’une année blanche pointe même à l’horizon.

VOICI LA LISTE DES RECLAMATIONS DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE

1- Le recrutement des instituteurs au sortir des Ecoles Normales d’Instituteurs ;
2- La réinstauration de la bouse mensuelle d’un montant de 80 000f cfa pour tous les étudiants
élèves-maitres(se) ;
3- L’intégration des instituteurs formés et non la contractualisation ;
4- L’intégration pure et simple des instituteurs contractuels qui sont sur le terrain ;
5- Le traitement dans un délai d’un mois les dossiers de contractualisation, d’intégration, de
reclassement, des allocations familiales et d’avancement en sommeil au MINEDUB,
MINFOPRA et MINFI ;
6- Le paiement des rappels non logement, intégration, avancement allocations familiales et autres
primes ;
7- Le paiement des rais de relève sans aucune forme de protocole ;
8- La mise en application immédiate du décret n°2000/359 du 5 décembre 2000 portant statut
particulier du personnel des corps de l’éducation Nationale ;
9- Le paiement immédiat des pension retraite de tous les enseignants retraités dont les dossiers sont
en otages dans vos services ;
10- L’automatisation des avancements, des primes de sujétion ;
11- Le paiement des frais de carburant des enseignants exerçant dans les zones rurales, ;
12- La mise sur pied d’une procédure de traitement des dossiers d’intégration dès que les listes
d’admission au concours qui sera direct sont affichées afin de faciliter leur prise en charge à la
fin de leur formation ;
13- Le respect du kilométrage et des textes dans le calcul et le paiement des frais de relève et le
paiement desdits frais de relèves immédiatement lors des affectations et des mutations ;
14- Le traitement rapide et le paiement des allocations familiales en instance et la mise sur pied des
procédures de traitements et paiement desdites prestations en un mois au maximum dès
transmission du dossier contenant l’arrêté préfectorale ;
15- Le paiement des rappels et frais de congés administratifs des enseignants conformément à la loi ;
16- La création d’une plateforme de mutation, d’affectation, ayant des paramètres et exigences
nécessaires et objectifs permettant à tout enseignant remplissant les conditions d’être affecté
après une certaine durée ;
17- Le paiement du capital décès aux enseignants décédés dans l’exercice de leur fonction auprès des
familles des concernés sans conditions aucune ;
18- L’harmonisation du montant trimestriel des primes de rendement et insertion dans les salaires
des enseignants en fin de trimestre de manière automatique ;
19- L’instauration de la prime craie à la main d’un montant de 10000fcfa et insertion automatique
dans les salaires des enseignants titulaires de classes ;
20- L’octroi d’une passe sanitaire pour les soins gratuits à chaque personnel enseignant afin de
bénéficier du droit à la santé avec sa famille nucléaire comme le prévoit les textes en vigueur ;
21- L’organisation des états généraux de l’éducation tous les cinq ans pour évaluer l’avancée de
l’éducation au Cameroun.

Lire aussi
Cameroun : Les nouveaux manuels pour les classes de Cm1 et Cm2

Avec WEEK INFOS

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page