Cameroun : Annulation des résultats de 33 élèves au GCE Advanced Level

Collège la Fierté Bilingual international College de Yaoundé

Au cœur de la capitale camerounaise, une situation des plus troublantes a plongé une communauté éducative en plein désarroi. Selon 237online.com, le scandale qui a éclaté au Collège la Fierté Bilingual international College de Yaoundé, situé au quartier Biteng, est le symptôme d’un système éducatif parfois impénétrable.

Suspension Inexpliquée

Imaginez la déception et la surprise des 33 élèves, âgés de 16 à 18 ans, lorsqu’ils découvrent, après avoir été déclarés admis, que leurs résultats au GCE Advanced Level session 2023 ont été annulés sous prétexte de fraude. Une accusation qui demeure, selon plusieurs témoignages, sans preuve tangible.

Des rêves brutalement mis en pause

La jeune Elvira, une des victimes de cette décision abrupte, témoigne de sa détresse : « Je me voyais déjà étudiante d’une université dès la prochaine année académique. J’ai l’impression de vivre un cauchemar. »

Un sentiment partagé par de nombreux parents, dont certains se sont rendus à Buea, cherchant des explications. L’un d’entre eux confie, visiblement agité : « Nos enfants ont un avenir prometteur. Ils vont passer deux ans à la maison sans aller à l’école, tout ça basé sur quoi? Sur des accusations sans fondement? »

Recherche de transparence

Le flou artistique entourant cette annulation suscite une vive colère. « J’ai normalement composé mon examen sans qu’on ne puisse m’interpeller pour fraude. Nos parents sont allés à Buea pour demander les preuves de la fraude, on ne leur a rien donné », s’indigne un candidat.

Le désarroi est palpable, et la situation actuelle pose la question de la transparence et de la communication au sein des institutions éducatives camerounaises. Quelle est la raison derrière cette décision abrupte ? Pourquoi les élèves et leurs parents sont-ils laissés dans l’obscurité?

Un appel à l’intervention

Face à cette situation désastreuse, les parents et élèves concernés appellent à l’intervention urgente du ministre des Enseignements secondaires. En attendant, la tension monte, les questions restent sans réponse, et l’avenir de ces jeunes brillants est injustement mis en péril.

Joseph Mbarga, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *