Cameroun – Anniversaire du Renouveau: André Sohaing demande 100 ans de plus pour Paul Biya

C’était au cours d’un meeting organisé ce 6 novembre 2014 à la place des fêtes de Bandjoun.
Ça ne surprend vraiment pas. C’était prévisible que les flagorneurs sortent des sissongo à l’occasion de la célébration des 32 ans d’accession du président Biya à la magistrature suprême au Cameroun.[pagebreak] A la  place des fêtes de Bandjoun où, les militants et sympathisants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc)  du Koung-Khi se sont retrouvés, les différents intervenants n’ont pas tari d’inspiration pour exalter l’homme du Renouveau. Albert Kouinche, président de l’ex-section Rpdc du Koung-khi, a briefé l’assistance sur les réalisations que le koung-khi a bénéficiées sous le règne du Renouveau. Avec en prime, la promotion des certains fils et fille de cette localité à d’importantes fonctions dans l’administration camerounaise d’une part ; la création, l’équipement  des écoles et lycées, des centres de santé et autres structures dans le but d’améliorer les conditions de vie des populations de ce département, d’autre part. Le patriarche Victor Fotso lui, membre du comité central du parti au pouvoir, a axé son intervention sur les vertus de la paix  sans laquelle aucun projet de développement  ne peut être envisagé avec sérénité. Aux jeunes, il a rappelé la nécessité de s’instruire et de se faire former afin d’espérer une place dans le train de l’émergence que pilote Paul Biya. « Le problème des jeunes partout au Cameroun, c’est le chômage. Il y en a qui refuse de travailler parce qu’il simplifie l’argent. Ils rêvent trop. Pourtant avant d’espérer avoir beaucoup, il faut d’abord commencer avec un peu », conseille celui que l’on surnomme « le milliardaire de Bandjoun ».  
Lorsque vint le tour du maire de Bayangam de s’exprimer, ce fut l’occasion pour lui de faire une démonstration de son talent de flagorneur. D’emblée dans les réalisations à mettre à l’actif de l’homme du 6 novembre 1982, le maire de Bayangam a listé, la création récente d’une section Rdpc dans l’arrondissement de Bayangam, et a appelé le président national de ce parti à désigner dans les meilleurs délais les responsables de cette sous-section. Egalement, André Sohaing qui croit que les fruits récoltés par le Cameroun en général ; l’Ouest et le Koung-khi en particulier, sous l’ère Biya sont innombrables, a fini son intervention par un vœu : celui de voir le président Paul Biya en vie (et sans au pouvoir) pendant un siècle encore. « Que Dieu accorde cent ans de plus au président Biya », a-t-il lancé laconiquement avant de retrouver sa place à la tribune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *