Sport

Cameroun: Albert Mbida pour déloger Mbombo Njoya de la Fecafoot

Suite à une session extraordinaire par visioconférence des membres de l’Assemblée générale de 2009 tenue hier mardi 02 février, le sénateur Albert Mbida a été désigné pour conduire les destinées du Comité exécutif provisoire qui aura 90 jours pour livrer sa copie.

Le téléphone d’Albert Mbida ne cesse de crépiter ce mardi. Il est à peine 13h que le sénateur suppléant est sollicité avec insistance par la presse sportive. La voix qui décroche demande au reporter de rappeler plus tard parce que « très occupé actuellement ». Les raisons de cette pression sont contenues dans un communiqué surabondamment partagé sur les réseaux sociaux. C’est que, l’enseignant à l’École des Sciences et techniques de l’information et de la communication (Esstic) vient d’être porté à la tête d’un Comité exécutif provisoire mis sur pied pour préparer la transition au sein de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot).

Réunis par vidéoconférence, 51 membres de l’Assemblée générale de 2009 sur 74 étaient présents sur la plateforme virtuelle. Au terme du vote mettant sur pied ledit Comité, conformément aux statuts de la Fecafoot en vigueur, 41 voix ont voté pour, contre 8 voix et 2 abstentions. Faisant ainsi de celui qui est par ailleurs dans le top management du Groupe l’Anecdote, le patron de cet organe né après avoir pris acte de la sentence rendue par le Tribunal arbitral du sport (Tas) le 15 janvier 2021 dans la procédure Tas 2019/A/6258 et après avoir analysé ses conséquences de droit, notamment la vacance à la tête de la Fecafoot.

Position complaisante de la Fifa

Au terme du conclave, les membres de l’Ag ont donc décidé de : « retirer toute compétence à monsieur Seidou Mbombo Njoya et aux membres du Comité exécutif élus le 12 décembre 2018; désigner pour une période de trois mois à compter de son installation, un Comité exécutif provisoire chargé de gérer les affaires courantes de la Fécafoot, de réviser les Statuts et le Code électoral de la Fécafoot et d’organiser un processus électoral juste, équitable et transparent », peut-on lire sur le communiqué dont le Messager a obtenu copie. Pour accompagner Albert Mbida dans cette délicate mission, Prince Ndoki Mukete a été porté à la vice-présidence et travaillera avec les membres que sont : Dr François Dikoume, Dr Oumarou Tado, Lucien Mettomo, Pierre Boudjiko et Sah Walters. En guise de commentaire à ce nouvel épisode dans le feuilleton de la crise électorale à l’instance faitière du football camerounais, Abdourahman Hamadou Baba, un brin ironique, tente d’expliquer les contours de cette démarche sur sa page Facebook.
« Independence Day ! Les membres de l’Assemblée générale de la Fécafoot qui avaient adopté le 10 octobre 2018, les statuts de la Fécafoot finalement annulés par le Tas le 15 janvier 2021, se sont à nouveau réunis ce jour à Yaoundé et ont décidé de nommer un exécutif provisoire à la tête de la Fécafoot. C’est sans précédent dans l’histoire du football camerounais, compte tenu de la position complaisante de la Fifa. C’est certainement le début de la sortie définitive de la crise sous le contrôle des camerounais patriotes…A luta continua ! », écrit le président de l’Etoile filante de Garoua. De quoi provoquer l’ire de la Fécafoot qui, sentant cette sortie musclée de l’Ag de 2009, a réagi à travers un communiqué publié ce lundi 1er février 2021, dans lequel elle dénonce une assemblée « illégale » et accuse ses auteurs de vouloir déstabiliser le football camerounais, alors que le pays a la tête plongée dans le Championnat d’Afrique des Nations (Chan) de football.

Lire aussi
Cameroun : Ce que le contrat Fécafoot-Crtv va apporter au football local

Déstabiliser le football camerounais

« La Fécafoot met en garde ces individus contre toute action visant à déstabiliser le football camerounais et entend pour sa part continuer à mener toutes actions qu’elles jugera utiles dans la limite de ses prérogatives définies par la sentence du 15 janvier et validées par la Fédération Internationale de Football Association (Fifa) », arguaient dans ce communiqué signé des avocats de la fédération, en l’occurrence Me Bonny Elame, Me Claude Assira et Me Arbogast Minkoulou. En rappel, le Tas dans son verdict, s’était prononcé entre autres sur la demande d’annulation des textes qui avaient été adoptés par l’Assemblée générale extraordinaire de la Fécafoot du 10 octobre 2018. « Annule les décisions (« résolutions ») par lesquelles l’Assemblée générale extraordinaire de la Fécafoot du 10 octobre 2018 a adopté de nouvelles dispositions statutaires (résolution n°4), un Code électoral (résolution n°5) ainsi que d’autres textes réglementaires (résolutions n°6 à 15). Quant au processus électoral, la logique devrait suivre : « Annule la décision n°085/FCF/PCN/2018 portant proclamation des résultats des élections des présidents, premiers vice-présidents, deuxièmes vice-présidents, et les délégués des ligues régionales de football ; annule la décision n°095/FCF/PCN/2018 du 30 novembre 2018 portant proclamation des résultats des élections des présidents, premiers vice-présidents, deuxièmes vice-présidents, et les délégués des ligues régionales de football ; annule la décision portant proclamation des résultats des élections aux postes de présidents et membres du Comité exécutif de la Fécafoot communiquée le 12 décembre 2018 », signaient le président de la Chambre arbitrale du Tas Pierre Muller et l’arbitre Stephen L. Dryiner. Chaud devant!

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page