Cameroun : 69,3 milliards de FCFA pour moderniser la Justice en 2024

laurent Esso

Améliorer le fonctionnement de l’appareil judiciaire camerounais. Tel est l’objectif du budget 2024 présenté samedi dernier à l’Assemblée nationale par le Ministre de la Justice Laurent Esso, et s’élevant à près de 70 milliards de FCFA. Explications.

Réuni devant la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée nationale ce 3 décembre, le Ministre d’Etat Laurent Esso a défendu une enveloppe budgétaire de 69,3 milliards de FCFA pour son département en 2024. Soit une hausse de 4,8% par rapport aux 65,9 milliards alloués en 2023.

Un vaste plan de modernisation des infrastructures

Sur ce total, pas moins de 34,4 milliards seront consacrés au seul programme d’amélioration de l’activité juridictionnelle. Traduction : la construction et la rénovation de nombreuses infrastructures judiciaires à travers le Cameroun.

Sont prévus l’aménagement des palais de Justice de Yaoundé et Douala, épicentres de l’appareil judiciaire camerounais, mais aussi l’édification de toutes pièces des palais de Justice d’Edéa, Ngambé et Tombel. Sans oublier l’achèvement du chantier du palais de Justice d’Ambam.

Côté équipements, les juridictions de Nanga Eboko, Bali, Akonolinga, Sangmélima et Ngambé seront dotées de matériels modernes comme des salles d’audience connectées.

22 milliards pour les prisons, la sécurité au programme

Autre poste important : l’amélioration de la politique pénitentiaire, qui bénéficiera d’une enveloppe de 22 milliards de FCFA. Là encore, les projets d’infrastructures dominent, avec l’agrandissement des prisons d’Ambam et de Douala ou encore la construction du mur d’enceinte de la prison de Bertoua.

Enfin, le volet sécuritaire et la gouvernance du système judiciaire camerounais sont dotés d’une enveloppe de 12 milliards de FCFA. De quoi financer les actions du Tribunal Criminel Spécial (TCS) mais aussi les initiatives de digitalisation et de dématérialisation en cours au sein du Ministère.

Bref un budget 2024 de combat pour Laurent Esso, qui entend poursuivre la modernisation de l’appareil judiciaire camerounais, avec des retombées concrètes attendues pour les justiciables.

Par William Ngassam, 237online.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *