Economie

Cameroun : 3000 fcfa pour un seau de 5 litres d’arachides

Cette denrée alimentaire connait une hausse de prix depuis quelques jours.

Stupéfaite du prix donné, Rosine Nguili est obligée de changer de menu. Au programme du jour, l’Okok accompagné de tubercules de manioc. Une recette qui va être avortée faute du prix élevé des arachides. Sur sa feuille de marché, on peut lire demi-seau d’arachides 1200 fcfa, Okok 800 fcfa, sucre 250 fcfa, manioc 500 fcfa, noix de palme 700 fcfa. « Depuis quand le seau d’arachides est à 3000 fcfa ? Après deux jours, vous augmentez les prix ? », s’interroge Rosine. « Ce n’est pas de notre faute madame. Nous ne pouvons pas vendre pour perdre. Nous n’avons pas de choix », lui répond le commerçant. Sous le coup de la colère la jeune dame opte pour la sauce d’arachides avec du poisson fumé avec du riz. « Donne-moi donc un demi-seau d’arachides et un kilo de riz », indique-t-elle. Une situation qui préoccupe plus d’une femme. « Il est difficile de gérer un ménage. Surtout avec le montant que nous recevons pour les repas. Avec 3000 fcfa, si tu dois acheter les arachides pour 1500 fcfa, soit 150 fcfa la tasse. Et parfois cet argent c’est pour deux jours. Il faut penser au complément, aux ingrédients et tout ce qui va avec », confie Myriam.

Lire aussi
Cameroun - Campost : Favoriser l’interopérabilité de différents services

Depuis quelques semaines, le prix des arachides a connu une légère augmentation. Des explications sont données par les vendeurs pour justifier cette variation ascendante des prix. « A l’approche des nouvelles récoltes, l’ancien stock devient plus cher. Car selon les consommateurs, c’est l’ancien qui est meilleur pour la préparation. En attendant donc le nouvel approvisionnement, nous fonctionnons ainsi », confie Aurélien, commerçant au marché Etoudi. Pour d’autres, tout dépend du fournisseur. « Nous avons également la source d’approvisionnement qui joue un grand rôle sur les prix. Si vous avez un fournisseur direct, c’est-à-dire qui a son propre champ et vous livre sans aucun intermédiaire, le prix est différent et n’est pas très élevé », explique Martial Olomo. Et de poursuivre : « Si vous achetez chez quelqu’un pour venir revendre, forcément le prix sera plus élevé. Puisque vous devez prendre en compte tous les paramètres tels que le prix d’achat, le bénéfice et bien d’autres. C’est pourquoi les prix sont élevés. L’abondance du produit sur le marché est aussi un aspect. La rareté ou le retard dans les productions causent une hausse des prix ».

Lire aussi
Cameroun - Lutte contre la spéculation : Pas de hausse du prix de ciment

M.L.M. (stg)

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page