Cameroun: 185 millions F pour les « jeux de lumière » à Douala

L’enveloppe éclipse de loin les 30 millions F Cfa de l’année dernière. Environ 26 sites de la capitale économique seront illuminés pour les fêtes de fin d’année 2014.[pagebreak] Révélation a été faite le 25 septembre dernier. C’était au cours de la réunion de concertation élargie entre la Communauté urbaine de Douala et les entreprises adjudicataires des marchés
de réhabilitation de la ville.
L’opération d’embellissement de la ville de Douala a pris un grand bond budgétaire, notamment dans le cadre de la célébration des fêtes de fin d’année 2014. Une enveloppe de plus de 185 millions F Cfa est prévue à cet effet.
26 sites seront illuminés, à l’instar de la Place du gouvernement de Bonanjo. A souligner que le paquet mis en jeu par la Communauté urbaine de Douala (Cud) cette année éclipse de loin celui de 2013, évalué à 30 millions F Cfa. Toutefois, relève le Français Alain Martin, superviseur desdits travaux de rayonnement, l’enveloppe allouée par la Cud est loin de rivaliser avec les 300 millions déboursés par la Communauté urbaine de Yaoundé pour illuminer la capitale politique pendant les fêtes de fin d’année 2014.
Autre détail relevé par le superviseur, environ 100 sites sont concernés dans la capitale politique, contre 26 à Douala. Et pour assurer plus d’éclat à la ville de Douala en décembre prochain, un clin d’oeil a été fait aux entreprises dont les façades sont hautement visibles dans la capitale économique.

Chacune d’entre elle devra se rassurer, à titre personnel, de la bonne luminosité et l’embellissement de ses façades. Côté infrastructures, en dehors de la partie chinoise absente de la réunion ayant eu lieu à la salle des Fêtes d’Akwa, les entreprises adjudicataires des marchés de réhabilitation de la ville de Douala étaient présentes.

A l’instar, entre autres, du groupement français, Sogea-Satom, CRBC-CO et du Génie militaire. Ladite réunion, présidée par le Dr. Fritz Ntone Ntone, délégué du gouvernement auprès de la Cud, portait sur deux axes majeurs. D’abord l’évaluation des différents chantiers en cours, l’interpellation des entreprises adjudicataires, et l’annonce de la reprise des travaux après plusieurs mois de pluies intenses.

En ce qui concerne l’état d’avancement des travaux, la Cud relève un taux de réalisation satisfaisant. C’est le cas par exemple des travaux du prolongement nord du Boulevard de la République à Douala 5e, travaux réalisés par le Génie militaire. Ici, rapporte le Dr. Fritz Ntone Ntone, promesse a été faite par le Génie militaire de mettre le bitume sur cet axe routier avant l’arrivée de la prochaine saison des pluies.
A Douala 3e, le Génie militaire a également le chantier routier de Japoma à livrer. Trois mille mètres linéaires y sont attendus. La rue Njoya bientôt en chantier Pour les projets en cours de démarrage, l’on cite la route de Mambanda à Bonaberi, la sortie Ouest de la ville de Douala. Le groupement Sogea-Satom, l’entreprise en charge des travaux, a déjà procédé aux terrassements et la délimitation de la chaussée est en cours. A terme, l’entreprise française devra livrer un linéaire de 2900 ml.
Le coût global des travaux s’élève à environ 4 milliards F Cfa. Dans l’arrondissement de Douala 3e, les Chinois ont la charge de livrer dans six mois, la voie d’accès à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Douala. A côté des chantiers en cours, se trouvent ceux en attente de démarrage initial. C’est le cas par exemple à Douala 2e, de la Rue Njoya, où un linéaire de 1700 m est attendu dans un délai de 24 mois,pour un coût global de 3 milliards de F Cfa.

Mais au-delà de la reprise annoncée des travaux sur les routes de Douala, il convient de noter également que la Cud devra redoubler d’efforts pour enrayer les nombreux et béants nids de poules qui pullulent dans la plupart des axes stratégiques de la métropole économique.

La construction des équipements, l’entretien et la réhabilitation des espaces marchands de la ville étaient également au coeur de la rencontre entre le maître d’ouvrage et les entreprises adjudicataires. L’on retient que les travaux de réhabilitation des bouches d’incendie, rendus à la phase 3, sont réalisés à 80%. Le coût global des travaux est fixé à 107 milliards F Cfa. Au marché central de Douala, a souligné Simon Ekotto Ndemba, le directeur de l’Urbanisme et de la salubrité publique à la Cud, les travaux sur la zone sinistrée sont réalisés à 70%. La date contractuelle pour l’achèvement des travaux étant fixée au 26 novembre 2014. Peut-être ce sera là la fin du calvaire des commerçants victimes de l’incendie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *