Belgique: Au moins 30 morts dans des attentats terroristes à Bruxelles

La capitale belge a été secouée hier par trois explosions criminelles qui ont fait au moins 30. Mardi d’horreur à Bruxelles.
Scènes de carnage à l’aéroport international de Zaventem et à la gare de métro de Maelbeek, non loin du quartier européen. La capitale belge a vécu hier la journée la plus cauchemardesque de son histoire. Au moment où nous allions sous presse, au moins 30 personnes avaient trouvé la mort et plusieurs dizaines d’autres grièvement blessées dans une série d’attentats, selon un bilan provisoire. Des attaques revendiquées par l’organisation Etat islamique via son agence de presse Amaq. Le gouvernement belge a décrété trois jours de deuil national.
D’après des témoins, la première explosion a retenti aux alentours de 8h, heure locale, provoquant un mouvement de panique dans un hall d’embarquement plein de monde. Pris de peur, les nombreux passagers qui s’apprêtent à prendre leur vol vont dans tous les sens pour se sauver. C’est un mouvement de sauve-qui-peut général qui s’installe. Quelques minutes après, une deuxième explosion retentit, avec une détonation beaucoup plus forte que la précédente. Arrachant au passage une partie du plafond du hall de l’aéroport. Les mêmes sources parlent de plusieurs morts et des blessés sur le carreau. Une nouvelle explosion est signalée dans une rame de métro au niveau de la gare de Maelebeek, quartier des institutions européennes quelques minutes après. Selon un bilan provisoire fourni par les autorités, quinze personnes sont tuées et 106 autres, dont 17 grièvement blessées sont conduites à l’hôpital. Dans l’urgence, l’ensemble du service métro de la ville est fermé, un conseil de sécurité convoqué et le niveau d’alerte antiterroriste passé au maximum à travers le pays.
Ces attentats intervenus quatre jours après l’interpellation de Salah Abdelslam, présumé cerveau des attentats de novembre 2015 à Paris en France, sont qualifiés par Charles Michel, Premier ministre belge, d’«attentats aveugles, violents et lâches». De par le monde, le triple attentat provoque une vague d’indignations. «Ce sont des actes de guerre, nous sommes en guerre, l’Europe est en guerre car Daech lui a déclaré la guerre», a lancé Manuel Valls, Premier ministre français. Depuis La Havane à Cuba où il se trouvait, le président américain, Barack Obama, a parlé d’«attaques révoltantes». Le pape François a quant à lui dénoncé «la violence aveugle qui engendre tant de souffrances».

Sainclair MEZING

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *