Barrage de Memve’ele: La mise sous-tension augmente de près de 50 000 m3/jour la production d’Akomnyada - 237online.com
Economie

Barrage de Memve’ele: La mise sous-tension augmente de près de 50 000 m3/jour la production d’Akomnyada

Depuis le lancement de la phase d’essai de cet ouvrage par Gaston Eloundou Essomba, ministre de l’eau et de l’énergie, les équipements de production d’eau potable fonctionne à plein régime.

L’information est confirmée par les services de Camwater à Yaoundé. La mise sous-tension du barrage hydroélectrique de Memve’ele le 15 avril 2019 par Gaston Eloundou Essomba , ministre de l’eau et de l’énergie , a optimisé la capacité de production d’eau .

Avant cet événement, on apprend de la délégation régionale de Camwater pour la région du Centre que la station de traitement de l’eau d’Akonoyada ne produisait qu’entre 120 et 50 000 mètres cubes par jour, et la Mefou environ 40 000 mètres cubes. Mais il se trouve qu’avec la mise sous-tension de Memve’ele, Akomyada et Mefou , alimentant Yaoundé ,tournent à leurs capacités installées qui sont respectivement de 150 000 et 50 000 mètres carrés , renseignent les responsables de la Camwater.

Selon les sources proches du Ministère de l’eau et de l’énergie, environ 60% du déficit de production d’eau étaient liées aux coupures de courant. Mais désormais, grâce à l’énergie électrique provenant de Memve’ele, certaine régions du réseau interconnecté du Sud (RIS), notamment le Centre et le Sud, bénéficieront d’une meilleure qualité d’électricité et donc d’une meilleure continuité du service de l’eau.

Ceci dans la mesure où les turbines des stations de pompage tournent à plein régime. Dans le Centre, les coupures observées ces derniers jours sont, comme expliquée dans communiqué du Minee, dues aux essais en ilot de Memve’ele. Mais il ne faudrait pas non plus oublier les infrastructures dont la vétusté n’est plus à démontrer, bien que le renouvellement soit en cours.

En termes des résultats induits de cette phase de rodage, en attendant la finalisation de la ligne de transport en cours de construction, les économies liées aux charges d’exploitation sont considérables.

A ce jour, trois centrales thermiques (Ebolowa, Mbalmayo et Ahala) sont à l’arrêt. Celle d’Oyom-Abang tourne quasiment au ralenti, ce qui permet de faire des économies de l’ordre de 30 millions de F par jour.

Commenter avec facebook

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer