International

Attaques de la Brigade anti-sardinards : la presse interroge les silences de l’opposition

Des membres de la brigade anti-sardinard a fait irruption à l’hôtel intercontinental de Genève pour « déloger » Paul Biya.

Des affrontements ont eu lieu avec la garde rapprochée du Président. Au pays, la presse se délecte autant que les politiques gardent un silence assourdissant.

On n’a pas fini de parler de cette incursion de la Brigade anti-sardinard à l’hôtel intercontinental de Genève en Suisse. Et, les commentaires vont du simple au superlatif. Sous forme de débat, le sujet s’est invité dans les radios et les télévisions aussi bien que les milieux populaires. Le RDPC, parti au pouvoir soutient qu’il s’agit purement et simplement d’une « attaque à une institution qu’est le président de la République et président national du parti » Un complot visant à mettre à mal le régime de Yaoundé. Face à e Qu’ils qualifient de conspiration, l’opposition politique a gardé un silence interrogateur.

Lire aussi
Plan de relance européenne post-Covid-19 : le satisfecit du Président Emmanuel Macron

Pour le quotidien Le Messager, « Attaque de l’intercontinental Silence assourdissant des partis politiques », Mis à part le Rdpc qui défend son champion, l’opposition aux abonnés absents. Cependant que Info Matin parle d’un revirement de l’un des activistes de la diaspora contre le régime de Yaoundé : « Junior Zogo abandonne et condamne les ‘’ terroristes Anti-Sardinards ». L’un des principaux activistes anti-Biya en Europe vient de déclarer la guerre à ses anciens amis de lutte.

Le journal à capitaux publics, Cameroun Tribune a trouvé un seul mot : « Honteux ! » Pour denoncer « Des individus se réclamant de cette organisation nébuleuse qui avait revendiqué les actes de vandalisme dans certaines ambassades du Cameroun en Europe ont entrepris de commettre les mêmes forfaits dans un établissement hôtelier en vue de perturber le séjour privé du chef de l’Etat en Suisse. Une démarche inacceptable qui a pour effet de ternir l’image du Cameroun, pays de liberté, où il est pourtant possible à toutes les opinions de s’exprimer dans le respect des lois et usages démocratiques ».

Lire aussi
Guerre froide : les États-Unis demande la fermeture illico presto d'un consulat chinois

Même son de cloche pour le journal L’indépendant : « Sale temps pour la brigade anti-sardinards ». Après avoir réussi à faire une incursion à l’établissement où loge le couple présidentiel, la Brigade Anti-Sardinards (Bas) promet faire une descente musclée dans la capitale Suisse pour ‘’déloger’’ le chef de l’Etat camerounais. En face, plusieurs militants Rdpc et certains patriotes indiquent qu’aucune action entreprise par la Bas n’aboutira sur le sol helvétique et que le séjour présidentiel se passera dans de bonnes conditions.

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page